Le pape entend jouer les médiateurs pour rapatrier les enfants ukrainiens déportés en Russie

Le pape François rencontre les journalistes lors d'une conférence de presse à bord de l'avion en direction de Rome, à l'issue de sa visite en Hongrie, dimanche 30 avril 2023
Le pape François rencontre les journalistes lors d'une conférence de presse à bord de l'avion en direction de Rome, à l'issue de sa visite en Hongrie, dimanche 30 avril 2023   -  Tous droits réservés  Vincenzo Pinto/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews  avec AFP

Le pape François s'est dit prêt à faciliter le rapatriement des enfants ukrainiens emmenés en Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

Selon le souverain pontife, le Vatican travaillerait à un plan de rapatriement des enfants ukrainiens déportés en Russie. Jusqu'ici, les propositions de médiation du Saint-Siège dans le conflit n'ont rien donné. Mais la position du pape a toujours été claire, en condamnant une guerre qu'il juge "absurde et cruelle".

''Le Saint-Siège a agi comme intermédiaire dans certaines situations d'échange de prisonniers, par l'intermédiaire de l'ambassade. Celles-ci se sont bien passées. Je pense que celle-ci ira aussi bien. C'est important. Au moins, le Saint-Siège est disposé à le faire parce que c'est une bonne chose. Nous devons aider. Ce n'est pas un casus belli, mais un cas humain" a indiqué le pape dans l'avion qui le ramenait de Hongrie.

Kyiv estiment que plus de 16 000 enfants ukrainiens ont été "enlevés" et emmenés en Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, beaucoup d'entre eux auraient été placés dans des foyers d'accueil. Moscou rejette ces allégations, affirmant avoir "sauvé" des enfants ukrainiens en les éloignant des combats et avoir mis en place des procédures pour les réunir avec leurs familles.

La semaine dernière, le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal a rencontré le souverain pontife et lui a demandé son aide pour faciliter le rapatriement des enfants ukrainiens.

Le 17 mars dernier, la Cour pénale internationale (CPI) a émis un mandat d'arrêt historique contre le président russe Vladimir Poutine, "présumé responsable du crime de guerre de déportation illégale" de mineurs ukrainiens "des zones occupées d'Ukraine vers la Fédération de Russie".

À découvrir également