Sommet du G7 : Des F-16 pour Kyiv, des sanctions contre Moscou

Hiro Komae/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Hiro Komae/Copyright 2023 The AP. All rights reserved Tous droits réservés Hiro Komae/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une coalition internationale va entraîner des pilotes ukrainiens sur des avions F-16 a annoncé Joe Biden à Hiroshima.

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va avoir des entretiens avec son homologue américain Joe Biden au sommet du G7 à Hiroshima (Japon), a déclaré vendredi son chef d'état major à la télévision.

Les deux dirigeants doivent discuter notamment de la coalition internationale visant à entraîner des pilotes ukrainiens sur des avions de combat, y compris des F-16, à laquelle M. Biden a annoncé vendredi apporter son soutien, ce qui "permettra à l'Ukraine d'avoir très bientôt tout ce qu'il faut pour défendre (son) ciel", a dit Andrii Yermak, chef de l'administration présidentielle ukrainienne.

Il a confirmé que le président ukrainien, qui s'est adressé vendredi au sommet de la Ligue arabe en Arabie saoudite, se rendrait au Japon pour le G7.

La réunion internationale intervient alors que les troupes ukrainiennes préparent une contre-offensive.

Joe Biden, qui participe au sommet du G7 au Japon, a assuré ses interlocuteurs de son "soutien à une initiative commune visant à entraîner des pilotes ukrainiens sur des avions de combat de quatrième génération, y compris des F-16", selon un haut responsable de la Maison Blanche.

Cette décision a été qualifiée d'"historique" par le président Zelensky qui a dit avoir hâte de "discuter de la mise en oeuvre pratique" du plan à Hiroshima.

Joe Biden, qui orchestre la réponse occidentale face à la Russie, fait face à une pression grandissante pour autoriser l'envoi des aéronefs américains de Lockheed Martin à l'Ukraine, non pas par l'entremise des Etats-Unis eux-mêmes, mais par d'autres pays qui en possèdent.

Les sanctions pleuvent sur Moscou

Dans une déclaration commune publiée après une réunion consacrée à l'Ukraine dès vendredi, les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie et le Canada ont annoncé des mesures pour "priver la Russie des technologies, des équipements industriels et des services du G7 qui soutiennent son entreprise guerrière".

Cela inclut des restrictions sur les exportations de biens "essentiels pour la Russie sur le champ de bataille", ainsi que le ciblage d'entités accusées d'acheminer du matériel vers le front pour son compte.

Le Royaume-Uni et l'Union européenne avait auparavant annoncé des restrictions à leurs importations de diamants russes, une industrie qui rapporte chaque année plusieurs milliards de dollars à Moscou.

"Les diamants russes ne sont pas éternels", a ironisé le président du Conseil européen Charles Michel.

Ces sanctions montrent que "le G7 reste uni face à la menace de la Russie et ferme dans son soutien à l'Ukraine", a déclaré de son côté le Premier ministre britannique Rishi Sunak.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

G7: nouvelles sanctions "significatives" des Etats-Unis contre la Russie

La situation dans le Donbas 's'aggrave', l'Allemagne livre 'en urgence' un système Patriot

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe