PUBLICITÉ

Un soldat américain en Corée du Nord après avoir franchi la frontière avec le Sud

La Maison blanche tente de négocier avec Pyongyang après l’arrestation mardi d’un militaire américain à la frontière nord-coréenne.
La Maison blanche tente de négocier avec Pyongyang après l’arrestation mardi d’un militaire américain à la frontière nord-coréenne. Tous droits réservés Ahn Young-joon/AP
Tous droits réservés Ahn Young-joon/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un militaire américain se trouve probablement détenu par Pyongyang mercredi après avoir franchi la frontière entre les deux Corées, un incident qui risque d'envenimer encore davantage les relations entre Washington et Pyongyang.

PUBLICITÉ

Identifié par l'armée américaine, Travis King, soldat de deuxième classe engagé depuis 2021, a traversé "volontairement et sans autorisation" la frontière entre les deux pays, techniquement encore en état de guerre, à l'occasion d'une visite dans la zone démilitarisée (DMZ) séparant le Nord et le Sud, a déclaré le colonel Isaac Taylor, le porte-parole des forces américaines en Corée du Sud.

Un autre responsable américain, a confié à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que ce militaire était présumé être détenu en Corée du Nord - ce qu'a confirmé le commandement de l'Onu.

Travis King venait juste de passer deux mois dans une prison sud-coréenne, a ensuite annoncé à l'AFP un responsable sud-coréen. Le soldat "a été libéré le 10 juillet après avoir purgé environ deux mois dans une prison sud-coréenne sur des accusations d'agression", a-t-il précisé.

Défection ?

Selon les informations de la chaîne de télévision CBS citant des responsables américains, il devait être ramené aux États-Unis pour des raisons disciplinaires mais a réussi à quitter l'aéroport et à se joindre à un groupe de visiteurs de la DMZ.

"Nous pensons qu'il est actuellement détenu en RPDC (Corée du Nord) et travaillons avec nos homologues de l'Armée populaire nord-coréenne pour régler cet incident", avait auparavant souligné le commandement des Nations unies.

"Nous surveillons de près la situation et enquêtons", a pour sa part dit aux journalistes le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin.

Contacté par l'AFP, le ministère sud-coréen de la Défense s'est refusé à tout commentaire.

"Cet homme a émis un fort 'ha ha ha' et couru entre des bâtiments" après la visite par le groupe dont il faisait partie d'un des bâtiments du site, a raconté à CBS News un témoin de la scène.

"Au début, je pensais que c'était une mauvaise blague mais quand il n'est pas revenu, j'ai réalisé que ce n'était pas une blague, puis tout le monde a réagi et ce fut la folie", a-t-il encore dit.

Quelques heures après l'incident, la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques dans la mer de l'Est, également appelée mer du Japon, selon l'armée sud-coréenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kim Jong Un pourrait rencontrer Vladimir Poutine pour des livraisons d'armes, affirme Washington

Kim Jong Un a invité Moscou et Pékin pour célébrer le "Jour de la Victoire"

Satellite ou missile ? Le Japon se prépare à un lancement nord-coréen