EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les incendies en Grèce "sous contrôle" mais de nouveaux feux ont éclaté

Un Canadair dans le ciel grec.
Un Canadair dans le ciel grec. Tous droits réservés SAKIS MITROLIDIS/AFP or licensors
Tous droits réservés SAKIS MITROLIDIS/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les incendies en Grèce sont globalement "sous contrôle" samedi, avec toutefois de nouveaux feux dans le Péloponnèse, et les pompiers restaient déployés sur tous les terrains.

PUBLICITÉ

Trois nouveaux incendies ont éclaté samedi dans la péninsule du sud de la Grèce, suscitant des appels des autorités à évacuer quatre communautés, près de la ville de Pyrgos, dans l'ouest du Péloponnèse, selon les services d'urgence grecs. Plus de cent pompiers luttaient contre ces feux appuyés par sept avions et deux hélicoptères, a précisé le service des pompiers joint par téléphone.

Après deux semaines de combat contre les centaines de feux qui se sont déclarés dans le pays, plus de 460 soldats du feu sont également mobilisés sur les foyers les plus importants des derniers jours : dans les îles de Rhodes et Corfou, destinations estivales très prisées des touristes du monde entier, ainsi que dans le centre de la Grèce, près de Volos, la préfecture de Magnésie.

"Il n'y a plus de front actif", à Rhodes, Corfou, et en Magnésie, les zones "qui nous préoccupent le plus", avait précédemment précisé samedi le service des pompiers. "Il y a des poches de feu éparses qui sont en train d'être éteintes", mais "il n'y aura aucune réduction des forces (sur le terrain) tant que les gros sinistres n'auront pas été éteints", selon la même source. 

D'autant que le service de météorologie national, EMY, prévoit des vents qui localement pourront atteindre 50-60 km/h. Après deux jours de petite baisse, la température doit de nouveau légèrement augmenter (32-34°C) avec des pointes à 35-37 degrés Celsius dans le Centre et le Sud, selon EMY. Or, vent et chaleur sont des facteurs d'aggravation de la situation, une brise forte favorisant la propagation des flammes et flammèches.

Comme d'autres pays du pourtour méditerranéen qui ont également subi des incendies, la Grèce traverse une période de très fortes températures : jusqu'à plus de 46°C ont été enregistrés localement cette semaine. 

Après un printemps aux pluies insuffisantes pour endiguer la sécheresse des sols, elle s'est embrasée il y a deux semaines. 50 000 hectares à ce jour ont été brûlés et cinq personnes ont perdu la vie. Les sinistres ont entraîné plusieurs opérations d'évacuation notamment le week-end dernier à Rhodes, où 20 000 personnes ont été mises à l'abri.

Ils ont également mis sous pression le gouvernement conservateur du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, réélu il y a un mois, accusé de ne pas en faire assez pour protéger la biodiversité et entreprendre des actions de prévention des feux.

Le ministre grec de la Protection du citoyen, en charge de la police, Notis Mitarakis, a dû démissionner vendredi, après qu'eut filtré le fait qu'il était en vacances ces derniers jours, en pleine guerre contre les feux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Danemark : l'incendie dans les bureaux du géant pharmaceutique Novo Nordisk est maîtrisé

Feux de forêt : la Roumanie touchée, la Grèce se prépare

Un terrible incendie dans la capitale bangladaise a fait au moins 43 morts