PUBLICITÉ

La transition au Niger "ne saurait aller au-delà de trois ans", assure le chef de la junte

Les chefs de la défense des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), réunis à Accra, au Ghana, le 17 août 2023.
Les chefs de la défense des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), réunis à Accra, au Ghana, le 17 août 2023. Tous droits réservés Richard Eshun Nanaresh/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Richard Eshun Nanaresh/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le nouvel homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat, a assuré samedi soir que la période de transition ne pourrait pas excéder trois ans tout en mettant en garde les pays étrangers contre une intervention militaire contre son pays.

PUBLICITÉ

"Notre ambition n'est pas de confisquer le pouvoir", a déclaré le général Abdourahamane Tiani lors d'une allocution télévisée. Selon le nouvel homme fort du Niger, la durée de la transition "ne saurait aller au-delà de trois ans". "Si une agression devait être entreprise contre nous, elle ne sera pas la promenade de santé à laquelle certains croient", a-t-il mis en garde, au lendemain d'une décision de la Cedeao se disant prête à une intervention armée.

La délégation de la Cedeao a rencontré le président renversé Bazoum

La délégation ouest-africaine arrivée à Niamey samedi après-midi a rencontré le président renversé fin juillet Mohamed Bazoum. Celui-ci "a le moral", a assuré une source au sein de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest, précisant que le président déchu n'a "toujours pas" d'électricité.

Ses conditions de détention inquiètent la communauté internationale et de nombreux pays, comme les Etats-Unis ou la France, ont régulièrement appelé à sa libération depuis le coup d'Etat.

Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Mohamed Bazoum, président du Niger renversé fin juillet. Archive 16 février 2023, Paris, France.Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Cette délégation, qui a atterri à la mi-journée dans la capitale, est conduite par l'ancien président nigérian Abdulsalami Abubakar. Ce dernier s'était déjà rendu à Niamey au nom de la Cedeao le 3 août, mais n'avait rencontré ni le nouvel homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, ni le président renversé.

Vendredi, le commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'organisation régionale, Abdel-Fatau Musah avait annoncé que cette mission avait pour objectif de "continuer à suivre la voie pacifique pour rétablir l'ordre constitutionnel".

"Prêts à intervenir"

"Nous sommes prêts à intervenir dès que l'ordre sera donné. Le jour de l'intervention a aussi été fixé", a déclaré M. Musah, à l'issue d'une réunion de deux jours des chefs d'état-major ouest-africains à Accra, au Ghana. Selon lui, ont été convenus lors de cette réunion "les objectifs stratégiques, l'équipement nécessaire et l'engagement des Etats membres" pour cette possible intervention.

Richard Eshun Nanaresh/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Le commissaire de la CEDEAO Abdel-Fatau Musah, au centre, à la suite de la réunion extraordinaire du Comité des chefs d'état-major de la Cedeao.Richard Eshun Nanaresh/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Cette option militaire est brandie par la Cedeao depuis plusieurs semaines. Le 10 août, les dirigeants ouest-africains avaient ordonné le déploiement d'une "force en attente", dont les contours ont été dessinés vendredi à Accra. Ni les modalités ni un éventuel calendrier n'ont toutefois été rendus publics.

Une autre initiative diplomatique a eu lieu vendredi : le Premier ministre nommé par les militaires nigériens, Ali Mahaman Lamine Zeine, s'est entretenu avec une délégation de l'ONU conduite par Leonardo Santos Simão, le représentant spécial du secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel.

"Il faut d'abord écouter les autorités, leur point de vue pour étudier ensemble un chemin afin que le pays rentre aussi rapidement que possible dans la normalité et la légalité constitutionnelle. Nous sommes convaincus que c'est toujours possible par le dialogue", a déclaré M. Simão à l'issue de cette rencontre.

Auxiliaires civils volontaires

A Niamey, le nouveau régime reste pour le moment inflexible et avait affirmé qu'une intervention armée serait une "agression illégale et insensée".

Samedi matin, des milliers de volontaires se sont rassemblés aux abords du stade Seyni Kountché, dans le centre-ville de la capitale, répondant à un appel de plusieurs organisations pour se faire inscrire sur des listes en tant qu'auxiliaires civils potentiellement mobilisables en soutien des forces armées, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plus de trois semaines après le coup d'Etat, les conditions de détention du président déchu Mohamed Bazoum inquiètent la communauté internationale et se "détériorent" selon le président du Nigeria Bola Tinubu. Dans une interview au New York Times, le nouveau Premier ministre nigérien a de son côté assuré vendredi soir qu'il "n'arrivera rien" à M. Bazoum.

Dans les heures qui ont suivi le coup d'Etat, la France avait été sollicitée pour apporter son appui à une éventuelle intervention de l'armée nigérienne pour libérer M. Bazoum, a-t-on appris samedi de source proche du dossier.

"Mais les loyalistes ont changé de camp et rejoint les putschistes. Les conditions n'étaient donc pas réunies pour satisfaire cette demande d'appui", a précisé cette source, qui n'a pas précisé la nature de l'aide que Paris aurait pu potentiellement apporter.

Environ 1 500 militaires français sont stationnés au Niger, en vertu d'accords de défense entre les deux pays, notamment pour la lutte contre les jihadistes qui endeuillent régulièrement le pays par leurs attaques sanglantes depuis plusieurs années.

Mardi, au moins 17 soldats ont été tués dans une attaque près du Burkina Faso, la plus meurtrière depuis le coup d'Etat. Toujours en début de semaine, au moins 28 civils sont morts dans des violences dans plusieurs villages près du Mali, selon une source officielle locale qui n'a pas précisé la nature de ces violences.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire

Niger : l'ambassadeur de France Sylvain Itté a quitté Niamey

Niger : les putschistes ordonnent le départ de l'ambassadeur de France, Paris refuse