EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Un enfant de dix ans tué dans une fusillade à Nîmes sur fond de trafic de drogues

Des policiers français dans le quartier populaire de Pissevin à Nîmes, dans le sud de la France, le 22 août 2023, après la mort d'un enfant de 10 ans lors d'une fusillade.
Des policiers français dans le quartier populaire de Pissevin à Nîmes, dans le sud de la France, le 22 août 2023, après la mort d'un enfant de 10 ans lors d'une fusillade. Tous droits réservés NICOLAS TUCAT/AFP or licensors
Tous droits réservés NICOLAS TUCAT/AFP or licensors
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Victime collatérale d'une guerre entre trafiquants de drogue, un enfant de dix ans a été tué lundi à Nîmes, touché par balles dans le quartier populaire de Pissevin, où des renforts policiers sont arrivés pour "sécuriser" des habitants pétris de peur.

PUBLICITÉ

Une vingtaine de fonctionnaires de police de la CRS 8, unité spécialisée dans le maintien de l'ordre en zones urbaines, s'est déployée peu après 15h00 mardi dans le quartier sensible de Pissevin, situé au sud-ouest de Nîmes, où le taux de pauvreté dépasse les 70% et le taux de chômage atteint 46%.

Un renfort policier destiné à "sécuriser" et "pacifier le quartier au maximum" afin que "les habitants retrouvent un tout petit peu de sérénité", a expliqué sur place Anne Valla, directrice départementale adjointe de la sécurité publique du Gard. "Le but, c'est vraiment de reprendre possession du quartier, de montrer aux habitants qu'on est là et qu'on ne laissera pas faire ce qui s'est passé la nuit dernière".

Plusieurs villes du sud-est de la France dont Marseille, Avignon, Nîmes, dans un arc entre l'Espagne et l'Italie, sont touchées depuis plusieurs années par des assassinats liés au trafic de drogue, une violence qui fait désormais des victimes collatérales.

Ce dossier est "en lien avec les trafics de stupéfiants", a confirmé la procureure de Nîmes, Cécile Gensac.

Selon les premiers éléments de l'enquête ouverte pour "assassinat en bande organisée", le garçon se trouvait à l'arrière d'un véhicule pris pour cible aux alentours de 23h30. La magistrate a précisé qu'il était "établi" que l'enfant avait "reçu un projectile, une balle probablement, dans une zone visiblement létale". D'après une source policière, son décès est bien dû à sa blessure par balles.

Le conducteur, son oncle, âgé de 28 ans, a lui aussi été blessé par balles mais n'est "plus en danger" de mort. Un autre de ses neveux, âgé de sept ans qui se trouvait à l'arrière, est sain et sauf.

Un quartier "trop chaud"

L'enfant tué et son oncle sont "indéniablement" des victimes collatérales, selon la procureure, qui a dénoncé "une tragédie des plus absolues". "La famille de la victime n'est absolument associée d'aucune façon, ni avant ni actuellement, dans des faits de nature pénale", elle "a eu pour seul malheur de passer au mauvais endroit au mauvais moment", a-t-elle ajouté.

Le préfet du Gard, Jérôme Bonet, a lui dénoncé un "crime intolérable".

De source policière, les tireurs seraient au nombre de quatre et auraient fait usage d'armes longues de type Kalachnikov. La procureure de Nîmes a seulement évoqué "plusieurs auteurs". Lesquels étaient toujours recherchés mardi.

Dimanche, un adolescent de 14 ans avait été blessé par balles non loin de là, par des tireurs circulant à bord d'une Renault Clio. Selon une piste envisagée par les enquêteurs, la Mégane de l'oncle qui ramenait les deux enfants aurait pu être confondue par les tireurs avec la Clio utilisée la veille.

"Je suis profondément choqué, attristé et révolté par ce nouveau drame", a réagi dans un communiqué le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, déplorant une situation "invivable".

Le quartier de Pissevin est le même où un homme de 39 ans avait été abattu en janvier, déjà dans une fusillade sur fond de trafic de stupéfiants.

"Le quartier, il est trop chaud. Je ne laisse pas les enfants ici et je gare ma voiture plus loin", a expliqué à l'AFP Hamed Mohamed, un cariste de 36 ans qui souhaite déménager au plus vite.

Selon des chiffres de l'ex-procureur de Nîmes, Eric Maurel, une quinzaine de règlements de compte avaient fait huit morts à Nîmes en 2020 et trois en 2021, dont un adolescent de 17 ans. La plupart de ces homicides avaient eu lieu à Pissevin, au Chemin Bas et au Mas de Mingue, trois secteurs périphériques de Nîmes constitués de barres d'immeubles et de tours.

Ces trois quartiers, qui partagent des indicateurs socio-économiques alarmants, avaient été créés dans les années 1960 pour loger des populations issues de l'exode rural, des rapatriés d'Afrique du Nord puis des travailleurs immigrés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Louis Arnaud, l'un des quatre otages français en Iran, vient d'être libéré

Législatives en France : l'accord entre Éric Ciotti et le RN confirmé par Jordan Bardella

Débarquement : en Normandie, des tombes illuminées en l'honneur des soldats