PUBLICITÉ

Drone russe en Roumanie : Plauru, un village face aux combats

Euronews
Euronews Tous droits réservés Mircea Franc/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Mircea Franc/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Reportage à Plauru sur la frontière roumano-ukrainienne, village proche du lieu où sont tombés les débris du potentiel drone russe.

PUBLICITÉ

Pour les habitants du village roumain de Plauru, la découverte d’éventuels débris de drones russes n’a rien d’une surprise. Seul le Danube les sépare du port ukrainien d’Izmail, ciblé par la Russie, depuis l’expiration de l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire. Drones et sirènes d’alerte aérienne font désormais partie de leur quotidien.

"D'ici à Plauru, on peut voir à l'œil nu ce qui se passe dans le port d'Izmail. Nous voyons le silo où les navires sont chargés de céréales en provenance d'Ukraine. Nous pouvons voir de très près le terminal fluvial ainsi que la station de télévision d'Izmail. C'est un port que les Russes veulent détruire pour empêcher les Ukrainiens de transporter leurs céréales", expliqueMaria Mois

Un habitant du village roumain raconte avoir assisté à des bombardements russes sur Izmail.

"Il était environ 2h58 du matin quand j'ai entendu le premier boum. Je suis sorti et soudain il y a eu une autre explosion. Ils ont frappé au même endroit où se trouve le silo".

Face à la proximité des frappes russes, la maire de la commune a proposé aux habitants d’être relogés, au moins provisoirement. Mais ces derniers refusent d'abandonner leur maison ou leur bétail.

"Notre maire a parlé aux gens qui veulent partir et les aider, il a parlé au ministre, pour nous déplacer ailleurs mais je ne quitterai pas cet endroit ... Je ne partirai pas !", s'emporte une habitante. 

Tant que la Russie continuera de bloquer l’exportation des céréales ukrainiennes par la mer Noire et de frapper les ports ukrainiens, les habitants du village de Plauru vivront sous la menace.

Si l’Otan, dont la Roumanie est membre, a indiqué qu’il n’y avait pour l’instant pas de signe d’une attaque russe délibérée, quelle serait sa réaction en cas d’accident sur le sol roumain ?

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus

Géorgie : "la loi russe" est "un pas dans la mauvaise direction" selon l'OTAN

Des civils estoniens s'entraînent à la guerre de tranchées avec des soldats français de l'OTAN