Un week-end de répit mais la crainte de nouvelles pluies : le Pas-de-Calais inquiet

Une voiture dans le Pas-de-Calais
Une voiture dans le Pas-de-Calais Tous droits réservés Joe Sene/AP
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'état de catastrophe naturelle doit être déclenché le 14 novembre pour les villes touchées dans le Pas-de-Calais et le Nord.

PUBLICITÉ

Ballotté depuis mardi entre les pluies torrentielles et le va-et-vient des inondations, le Pas-de-Calais devrait enfin connaître vendredi soir un début d'accalmie, offrant un peu de répit aux habitants épuisés.

"La population est fatiguée, elle n'en peut plus, elle se demande quand ça va s'arrêter et nous aussi", soupire Bruno Debove, conseiller municipal d'Hesdigneul-lès-Boulogne, une commune particulièrement touchée.

Sous un ciel gris-noir menaçant, il "pense aux gens qui sont sinistrés, à la crise et à l'après-crise, qui va être très compliquée". "Tant qu'il pleuvra, on ne s'en sortira pas", poursuit-il, les yeux rougis par la fatigue.

Déjà affecté par la tempête Ciaran le 2 novembre, puis les crues de la Liane, de l'Aa et de la Canche mardi, le Pas-de-Calais est placé depuis jeudi en vigilance rouge par Météo-France, à la fois pour les crues et les pluies et inondations.

La Seine-Maritime et la Somme, très touchés par les intempéries de la nuit, ainsi que le Nord, sont eux en vigilance orange.

"Sur les 24 dernières heures, on relève souvent entre 40 et 60 mm sur l'ouest du Pas-de-Calais", souligne dans son dernier bulletin Météo-France, qui anticipe "une nette accalmie" après 16H00.

Cette parenthèse "devrait durer tout le week-end", a relevé

le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu sur FranceInfo, tout en faisant part de ses "inquiétudes" sur un nouvel épisode pluvieux en début de semaine prochaine.

- "Pas de lueur d'optimisme" -

Les précipitations continuent à gonfler l'Aa, la Liane et la Canche, qui restent "placées en vigilance rouge", souligne la préfecture du Pas-de-Calais.

"On sait que la semaine prochaine, ça ne va pas être simple", a affirmé sur BFMTV le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui ne discerne "pas de lueur d'optimisme à très court terme".

Le bilan reste de trois blessés légers depuis lundi dans la zone concernée, où près de 350 pompiers se relaient pour assurer une permanence.

La nuit passée, 19 résidents d'une maison de retraite à Nielles-lès-Bléquin ont été évacués par précaution, selon la préfecture du Pas-de-Calais. Une opération a par ailleurs été menée dans une exploitation agricole du montreuillois où une centaine de bovins ont été sauvés.

Quatre pompes de très grande capacité, capables de vider chacune une piscine olympique en 15 minutes, ont été déployés dans le Nord et le Pas-de-Calais, selon la préfecture de la zone de défense et de sécurité Nord.

La Croix-Rouge a ouvert douze centres d'hébergement, dont le plus important est basé à Saint-Étienne-au-Mont, où 300 maisons ont été sinistrées.

Dans la commune d'Hesdigneul-lès-Boulogne, toute proche, des habitants circulent en pantalon-bottes de pêcheurs, dans l'eau brunâtre jusqu'au genou. "Ça fait une semaine qu'on est comme ça et je n'en peux plus", raconte Corentin Thelier, 27 ans.

Il ne met plus de sacs de sable devant sa maison, car "ça empêche l'eau de rentrer mais ça l'empêche aussi de sortir. L'eau, si elle ne rentre pas par la porte, elle rentre par les sols, les murs, la douche, les toilettes..."

- "Restez vigilants" -

Les écoles de 200 communes restent fermées vendredi, comme la veille, et la circulation des trains demeure interrompue sur deux tronçons (Boulogne-Etaples et Saint-Pol-Etaples) au moins jusqu'à samedi, a indiqué la SNCF.

"Restez vigilants pour vos proches et pour vous-mêmes", a écrit jeudi soir sur X le président Emmanuel Macron aux habitants du Pas-de-Calais et aux "compatriotes qui subissent l'épreuve des intempéries".

PUBLICITÉ

La protection civile du Pas-de-Calais a lancé un appel aux dons et mis en place un numéro (03 74 20 03 07) "pour mettre en lien" les sinistrés ayant besoin d'aide pour le déblayage de leur maison avec ceux prêts à les aider.

L'état de catastrophe naturelle doit être déclenché le 14 novembre pour les villes touchées dans le Pas-de-Calais et le Nord. Plus de 50 communes ont déposé un dossier, selon la préfecture.

L'assureur Axa a enregistré "plusieurs centaines de sinistres" dans le Nord-Pas-de-Calais et on "se rapproche" du millier, a annoncé jeudi son directeur régional, Thibaut Denys de Bonnaventure.

S'ils constituent des phénomènes naturels, les inondations, cyclones et sécheresses peuvent être amplifiés par le réchauffement climatique généré par les activités humaines.

Les inondations sont des catastrophes particulièrement coûteuses: entre 1970 et 2019, elles ont représenté 44% de toutes les catastrophes et 31% des pertes économiques.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en France et en Pologne

La guerre contre la drogue peut-elle être gagnée à Marseille ?

La France affirme que la Russie a menacé d'abattre des avions français au-dessus de la mer Noire