Israël étend ses opérations à Gaza, la tension monte dans la région

L'armée israélienne a étendu son offensive sur Gaza ce lundi
L'armée israélienne a étendu son offensive sur Gaza ce lundi Tous droits réservés Leo Correa/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des dizaines de chars, de transports de troupes et de bulldozers israéliens sont entrés dans le sud de la bande de Gaza, au niveau de la ville de Khan Younès, ont indiqué lundi des témoins à l'AFP.

PUBLICITÉ

"L'armée israélienne continue d'étendre son opération terrestre contre le Hamas dans l'ensemble de la bande de Gaza. L'armée opère partout où le Hamas a des bastions", a déclaré tard dimanche soir son porte-parole, Daniel Hagari.

Les soldats israéliens sont engagés dans une offensive terrestre depuis le 27 octobre dans le nord de Gaza, où ils ont pris le contrôle de plusieurs secteurs. Depuis la reprise des combats vendredi à l'expiration d'une trêve d'une semaine avec le Hamas, l'armée s'était principalement concentrée sur des raids aériens.

Dans la nuit de dimanche à lundi, une frappe sur une entrée de l'hôpital Kamal Adwan, situé dans le nord de Gaza, a fait plusieurs morts selon l'agence palestinienne Wafa, le gouvernement du Hamas accusant dans un communiqué l'armée israélienne d'une "grave violation" du droit humanitaire international.

Contactée par l'AFP pour savoir si elle avait bien bombardé le périmètre de cet hôpital, l'armée israélienne n'a pas répondu dans l'immédiat. Israël accuse le Hamas d'avoir installé des infrastructures dans ou sous des hôpitaux et d'utiliser les civils comme des boucliers humains.

Le ministère de la Santé du Hamas a affirmé dimanche que 15 523 personnes, dont 70% de femmes et d'enfants, ont été tuées depuis le début des bombardements israéliens sur la bande de Gaza, menés en riposte à l'attaque sanglante du 7 octobre du mouvement islamiste palestinien contre Israël.

"Durant les heures passées, seuls 316 morts et 664 blessés ont pu être sortis des décombres et amenés dans des hôpitaux, mais beaucoup d'autres sont encore sous les décombres", a précisé le porte-parole du ministère de la Santé du Hamas Ashraf al-Qidreh, un bilan qui s'alourdit depuis la fin de la trêve.

En Israël, l'attaque lancée par des commandos du Hamas le 7 octobre a fait 1 200 morts, en majorité des civils, selon les autorités. En riposte, Israël a déclaré la guerre au Hamas et promis de détruire le mouvement islamiste, au pouvoir depuis 2007 à Gaza.

L'armée a fait état lundi de cinq soldats tués, dont trois dimanche, depuis la reprise des combats vendredi.

"10 000 frappes aériennes"

Depuis le début de la guerre, l'armée israélienne a mené "environ 10 000 frappes aériennes", a-t-elle indiqué dimanche. Soit plus que les frappes russes en Ukraine depuis le début de l'invasion du pays.

Dans le sud de la bande de Gaza, les frappes ont visé massivement depuis vendredi la grande ville de Khan Younès et ses environs, où chaque jour désormais l'armée avertit dans des tracts largués sur certains quartiers qu'une "terrible attaque est imminente", et ordonne aux habitants d'en partir.

Dimanche, des habitants ont fui la ville, à pied, entassés dans des charrettes ou en voiture, leurs affaires empilées sur le toit.

Les hôpitaux du sud de la bande de Gaza sont débordés par l'afflux de blessés alors que les réserves de carburant pour faire tourner les générateurs sont presque à sec.

A l'hôpital Nasser de Khan Younès, le plus grand du sud de Gaza, de nouveaux blessés et de nouveaux corps, parfois sans personne pour les identifier, affluent à chaque explosion.

"Les mots me manquent pour décrire les horreurs qui frappent les enfants ici", a déclaré dimanche dans une vidéo James Elder, un porte-parole de l'Unicef présent à l'hôpital Nasser. "Je vois arriver en masse des enfants parmi les victimes", avait-il déclaré plus tôt sur X.

Dans la ville voisine de Rafah, des habitants piétinant dans les décombres se rassemblaient autour d'un immense cratère. "C'est un bombardement hors norme. Nous ne savons pas pourquoi. Nous ne savons pas dans quel but", s'exclamait l'un d'eux, Mohammad Fahjan.

Tôt lundi, l'armée israélienne a par ailleurs lancé des opérations dans différents secteurs de la Cisjordanie occupée, notamment à Jénine, où une trentaine de véhicules militaires sont déployés, selon l'agence palestinienne Wafa.

Tensions en Irak et au Yémen

Sans remettre en cause le droit de leur allié "à se défendre" face au Hamas, les Etats-Unis ont mis en garde Israël contre la multiplication des victimes civiles.

"Trop de Palestiniens innocents ont été tués", a insisté ce week-end la vice-présidente Kamala Harris, s'alarmant d'images "dévastatrices" de Gaza et appelant Israël à "faire plus pour protéger les civils innocents".

PUBLICITÉ

La guerre Israël/Hamas porte aussi à conséquence pour les Etats-Unis qui ont noté une hausse des attaques contre leurs soldats, bases ou alliés au Moyen-Orient hormis pendant la trêve d'une semaine, du 24 novembre au 1er novembre.

Un destroyer américain a abattu trois drones en portant assistance dimanche à des navires commerciaux en mer Rouge visés par des attaques depuis le Yémen, a fait savoir Washington, qui a dénoncé "une menace directe" pour la sécurité maritime.

Plus tôt, les rebelles Houthis avaient annoncé avoir mené une "opération" contre des "navires israéliens dans le détroit de Bab el-Mandeb" - une voie navigable stratégique reliant la mer Rouge au golfe d'Aden - en représailles aux bombardements israéliens dans la bande de Gaza.

Dimanche, les Etats-Unis ont par ailleurs dit avoir mené une "frappe d'auto-défense contre une menace imminente" dans le nord de l'Irak. Cinq combattants d'un groupe armé pro-Iran, pays soutien du Hamas, ont été tués dimanche soir à dans la province de Kirkouk (nord) par un bombardement, selon une source sécuritaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Israël-Hamas : l'aide humanitaire parachutée sur la bande de Gaza

Guerre à Gaza : les pourparlers de paix vont se poursuivre cette semaine, mais les raids continuent

La situation humanitaire à Gaza proche d'un "point de rupture"