EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un ressortissant russe s'est rendu aux Etats-Unis sans passeport ni billet d'avion

Vue d'un avion dans un aéroport américain.
Vue d'un avion dans un aéroport américain. Tous droits réservés Unsplash
Tous droits réservés Unsplash
Par Euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Sergei Vladimirovich Ochigava, détenteur de la double nationalité russe et israélienne, a déclaré aux enquêteurs qu'il ne se souvenait pas de la manière dont il avait procédé.

PUBLICITÉ

Comment un homme a-t-il pu échapper à tous les contrôles de sécurité dans les aéroports européens ?

Les autorités américaines enquêtent sur un ressortissant russe qui se serait glissé dans un avion et aurait volé du Danemark à Los Angeles en novembre, sans passeport ni billet.

Il a déclaré aux enquêteurs qu'il ne se souvenait pas de la manière dont il avait passé les contrôles de sécurité en Europe, selon une plainte fédérale déposée par le FBI.

Sergei Vladimirovich Ochigava est arrivé à l'aéroport international de Los Angeles le 4 novembre par le vol 931 de Scandinavian Airlines en provenance de Copenhague.

Un agent des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) n'a pas trouvé Sergei Vladimirovich Ochigava sur le registre du vol ni sur aucun autre vol international entrant.

L'homme, décrit dans les documents judiciaires comme ayant la double nationalité russe et israélienne et âgé d'une quarantaine d'années, n'est pas passé inaperçu pendant le vol, au cours duquel il a tenté de parler à plusieurs passagers.

L'équipage a déclaré aux enquêteurs que Sergei Vladimirovich Ochigava était assis sur un siège qui était censé être vide, lorsque le vol a décollé. Après le décollage, il a continué à se promener dans l'avion, changeant de siège et essayant de parler aux autres passagers, qui l'ont ignoré, selon la plainte du FBI.

Il a également "mangé deux repas pendant chaque service et, à un moment donné, a tenté de manger le chocolat qui appartenait aux membres de l'équipage de cabine", selon la plainte.

Un mystérieux passager clandestin

Sergei Vladimirovich Ochigava a été accusé d'être un passager clandestin à bord d'un avion et a plaidé non coupable lors de sa comparution le 5 décembre. Son procès est prévu pour le 26 décembre.

Il n'avait ni passeport ni visa pour entrer aux États-Unis, ont indiqué les autorités. L'homme a expliqué en anglais qu'il avait laissé son passeport dans l'avion.

Les agents du CBP ont fouillé son sac et ont trouvé "ce qui semblait être une pièce d'identité russe et une carte d'identité israélienne", ont indiqué les autorités fédérales dans les documents du tribunal.

Ils ont également trouvé une photo sur son téléphone qui montrait partiellement un passeport avec son nom, sa date de naissance et son numéro de passeport, mais pas de photo, ont-ils précisé.

Sergei Vladimirovich Ochigava "a fourni des informations fausses et trompeuses sur son voyage aux États-Unis, notamment en disant initialement au CBP qu'il avait laissé son passeport américain dans l'avion", indique la plainte.

L'homme a déclaré aux agents du FBI qu'il était titulaire d'un doctorat en économie et en marketing et que son dernier emploi était celui d'économiste en Russie.

"Sergei Vladimirovich Ochigava a affirmé qu'il n'avait pas dormi depuis trois jours et qu'il ne comprenait pas ce qui se passait".

Il a affirmé aux agents qu'il avait peut-être un billet d'avion pour les États-Unis, mais qu'il n'en était pas sûr.

Il a également confié qu'il ne se souvenait pas de la manière dont il avait passé la sécurité à Copenhague et n'a pas voulu expliquer ce qu'il faisait dans cette ville scandinave, selon la plainte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Criminalité financière et oligarques russes : comment Chypre entend sévir

Les sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie se heurtent à leur complexité et à une mise en œuvre insuffisante

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"