Entre 2 et 3000 migrants seraient bloqués à la frontière russo-finlandaise

Des migrants ont raconté leur pérple jusqu'à la frontière russo-finlandaise.
Des migrants ont raconté leur pérple jusqu'à la frontière russo-finlandaise. Tous droits réservés يورونيوز
Par euronews avec EBU
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Entre 2 et 3000 hommes attendent la réouverture de la frontière côté finlandais. Helsinki accuse Moscou d'organiser cette pression migratoire en raison de son adhésion à l'OTAN.

PUBLICITÉ

Entre 2 000 et 3 000 migrants attendent désespérément en Russie que la Finlande rouvre sa frontière orientale, a déclaré à Yle un groupe de demandeurs d'asile syriens récemment arrivés sur place.

Les gardes-frontières finlandais ont arrêté mercredi dernier quatre hommes près de la ville frontalière de Parikkala, en Carélie du Sud, soupçonnés d'avoir tenté d'entrer illégalement dans le pays.

Ils résident actuellement au centre d'accueil Joutseno à Lappeenranta, où ils ont été interviewés par Yle. Aucun des quatre hommes ne parle anglais, mais ils ont raconté leur voyage en Finlande avec l'aide de Moayad Salami, un demandeur d'asile anglophone arrivé plus tôt.

La semaine dernière, un groupe de quatre Syriens a tenté d'entrer en Finlande via la frontière orientale.

Par l'intermédiaire de leur interprète, les hommes ont raconté comment ils avaient trouvé un passeur via la messagerie instantanée Telegram.

Ils ont payé chacun 6 000 euros au passeur pour faciliter leur passage vers la Finlande, ont-ils précisé.

Le voyage a commencé à Saint-Pétersbourg, où deux taxis opérant sous la marque Yandex les ont amenés près de la frontière.

À ce moment-là, on leur a dit qu’ils devraient traverser la frontière par leurs propres moyens, à travers la forêt. Ils ne savaient pas que la Finlande avait fermé ses frontières avec la Russie et pensaient qu'ils entreraient en Finlande par un point de contrôle.

Le groupe a déclaré à Yle qu'ils ne connaissaient pas l'identité du passeur qui les avait amenés en Finlande, mais ils ont déclaré qu'il venait d'un pays arabe.

Moayad Salami, qui a servi d'interprète pour les hommes lors de l'interview de Yle, a noté qu'il existe de nombreux passeurs disponibles sur la plateforme Telegram.

Depuis des semaines, les autorités finlandaises accusent Moscou d'organiser une pression migratoire à la frontière en représailles après l'adhésion de la Finlande à l'OTAN.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chantage migratoire : la Finlande referme ses frontières avec la Russie

Adhésion de la Finlande à l'Otan : le Kremlin promet des "contre-mesures"

Où, en Europe, la liberté des médias est-elle la plus faible ?