Turquie : deux assaillants attaquent en plein office une église italienne faisant un mort

EBU
EBU Tous droits réservés Emrah Gurel/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad, AP, Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux assaillants attaquent en plein service religieux une église italienne faisant un mort. Les autorités turques condamnent cette attaque. Le pape François a apporté son soutien au lieu de culte.

PUBLICITÉ

Deux assaillants masqués ont attaqué une église catholique romaine à Istanbul pendant les offices du dimanche, tuant une personne, ont déclaré les autorités turques.

Selon un communiqué publié sur X par le ministre de l'Intérieur Ali Yerlikaya, les assaillants armés ont attaqué l'église Santa Maria dans le district de Sariyer à 11 h 40, heure locale. Il n'a pas précisé le type d'armes utilisées ni si d'autres personnes ont été blessées.

Le ministre de l'intérieur a condamné l'attaque et a déclaré que les autorités menées une enquête a grande échelle.

S'adressant aux journalistes, le maire d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, a présenté ses condoléances et apporté son soutien aux minorités religieuses de la ville, qui, comme l'ensemble de la Turquie, est essentiellement musulmane.

"Il n'y a pas de minorités dans cette ville ou dans ce pays. Nous sommes tous des citoyens à part entière", a-t-il déclaré.

Dans un discours prononcé dimanche sur la place Saint-Pierre, le pape François a pris acte de l'attentat. "J'exprime ma proximité avec la communauté de l'église d'Istanbul qui, pendant la messe, a subi une attaque armée qui a fait un mort et des blessés", a déclaré le souverain pontife.

S'adressant à l'Associated Press, le neveu de la victime a identifié l'homme décédé comme étant Tuncer Cihan. Il a précisé que la cible était l'église et non son oncle.

"C'était un handicapé mental qui n'avait aucun lien avec la politique ou les organisations criminelles. Il s'est rendu à l'église sur invitation et a été victime du destin", a déclaré Cagin Cihan.

Pour l'heure, la piste terroriste semble être écartée par les autorités, qui privilégient l'attaque ciblée.

Peu après l'attaque, le pape François a apporté son soutien au lieu de culte.

En décembre dernier, les forces de sécurité turques ont arrêté 32 suspects soupçonnés d'entretenir des liens avec des militants de l'État islamique qui planifiaient des attaques contre des églises et des synagogues, ainsi que contre le centre de détention de l'État islamique. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un an après les séismes en Turquie, les promesses du président Erdogan se heurtent aux faits

Italie : Rome accueille un sommet des dirigeants africains initié par Giorgia Meloni

La Turquie victime d'inondations dans une bonne partie du pays