EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Italie : Rome accueille un sommet des dirigeants africains initié par Giorgia Meloni

Festival de Venise
Festival de Venise Tous droits réservés EBU
Tous droits réservés EBU
Par Euronews, AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a inauguré, ce lundi, un sommet des dirigeants africains visant à promouvoir un plan de développement pour le continent africain dans le but d'endiguer les flux migratoires.

PUBLICITÉ

Giorgia Meloni a présenté une série de projets pilotes dans différents pays qui, selon elle, créeraient les emplois et les conditions nécessaires pour que l'Afrique devienne un exportateur majeur d'énergie vers l'Europe, afin de l'aider à se défaire de sa dépendance à l'égard de l'énergie russe après l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

"Nous voulons libérer l'énergie africaine pour garantir aux jeunes générations un droit qui leur a été refusé jusqu'à présent", a déclaré M. Meloni dans son discours d'ouverture du sommet. "_Car ici, en Europe, nous parlons beaucoup du droit d'émigrer, mais nous parlons rarement de garantir le droit de ne pas être forcé d'émigre_r.

Plus de 25 dirigeants africains, de hauts fonctionnaires de l'Union européenne et des Nations unies, ainsi que des représentants d'organismes de prêt internationaux étaient présents à Rome pour ce sommet, premier événement majeur de la présidence italienne du G7.

L'Italie, qui a été pendant des décennies le point zéro du débat sur l'immigration en Europe, a présenté son plan de développement comme un moyen de créer la sécurité et les conditions économiques nécessaires à la création d'emplois en Afrique et de décourager ses jeunes d'entreprendre des migrations dangereuses à travers la mer Méditerranée.

Augmentation du flux migratoire

Mme Meloni, première dirigeante italienne de droite dure depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a fait de la lutte contre l'immigration une priorité de son gouvernement. Mais sa première année au pouvoir a été marquée par une forte augmentation du nombre de personnes arrivant sur les côtes italiennes, avec quelque 160 000 personnes l'année dernière.

Le plan du gouvernement, qui porte le nom d'Enrico Mattei, fondateur de l'Eni, le géant du pétrole et du gaz contrôlé par l'État, vise à étendre la coopération avec l'Afrique au-delà de l'énergie, mais de manière non prédatrice. Il prévoit des projets pilotes dans des domaines tels que l'éducation, les soins de santé, l'eau, l'assainissement, l'agriculture et les infrastructures.

"Il s'agit d'une coopération d'égal à égal, loin de toute tentation prédatrice, mais aussi loin de l'attitude charitable à l'égard de l'Afrique, rarement conciliable avec son extraordinaire potentiel de développement", a déclaré M. Meloni aux dirigeants.

Ancienne puissance coloniale

L'Italie, qui a été une puissance coloniale en Afrique du Nord sous le fascisme, a déjà accueilli des réunions africaines au niveau ministériel. Mais le sommet de lundi, qui s'est tenu au Sénat italien pour démontrer l'engagement de toutes les institutions publiques italiennes en faveur du projet, est le premier à se tenir au niveau du chef d'État ou du gouvernement.

Le sommet comprend des présentations par des ministres italiens détaillant divers aspects du plan. Un dîner de gala organisé par le président italien Sergio Mattarella a eu lieu dimanche soir.

Alors que le sommet débutait, les législateurs italiens verts et de l'opposition ont prévu une contre-conférence à la chambre basse du parlement italien pour critiquer le plan Mattei, qu'ils considèrent comme une "boîte vide" néocoloniale visant à exploiter à nouveau les ressources naturelles de l'Afrique.

Parallèlement au plan Mattei, le gouvernement de M. Meloni a conclu des accords controversés avec certains pays pour tenter d'alléger le fardeau migratoire qui pèse sur l'Italie. Un accord avec la Tunisie, soutenu par l'UE, vise à freiner les départs grâce à des projets de développement économique et à des possibilités de migration légale, tandis qu'un accord bilatéral avec l'Albanie prévoit la création de centres en Albanie pour traiter les demandes d'asile des migrants en provenance d'Italie et secourus en mer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie : deux assaillants attaquent en plein office une église italienne faisant un mort

NO COMMENT: L'Italie traverse un épisode de canicule jusqu'à 40°C

Traversée historique du détroit de Messine par le funambule estonien Jaan Roose