La Finlande garde ses frontières fermées avec la Russie

La Finlande garde ses frontières fermées avec la Russie
Tous droits réservés euronews
Par Julian GOMEZEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement finlandais a fermé cet automne les huit postes-frontières qui bordent la frontière avec la Russie, qui s'étend sur 1 340 kilomètres. Ces points de passage resteront fermés au moins jusqu'à mi-avril.

PUBLICITÉ

Ces points de passage resteront fermés au moins jusqu'à la mi-avril sur décision des autorités finlandaises, qui invoquent des raisons de "sécurité nationale". 

Les ONG estiment de leur côté que cette mesure met en péril la vie de centaines de demandeurs d'asile. Notre correspondant Julián López s'est rendu sur le terrain pour recueillir les témoignages des acteurs concernés par ce dossier.

Helsinki accuse Moscou de faire passer des migrants de manière clandestine, en leur prodiguant de l'argent, de la nourriture, un logement ou un moyen de locomotion. Des faits que la Finlande qualifie d' "attaque hybride" contre le pays, qui a récemment rallié l'OTAN et s'est opposé avec véhémence à l'invasion de l'Ukraine par les forces russes.

De son côté, Moscou nie ces allégations. Selon les autorités finlandaises, près de 500 immigrés clandestins auraient franchi sa frontière orientale en novembre, contre seulement une trentaine en moyenne le mois précédent.

Le gouvernement finlandais qualifie ces arrivées de "menace sérieuse pour la sécurité nationale et l'ordre public".

Nombre de ces personnes sont désormais hébergées à Joutseno, en attendant que leur demande d'asile soit examinée. Le centre d'accueil des demandeurs d'asile, situé à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau de la frontière russe, accueille une centaine de personnes actuellement. Les autorités locales ont refusé nos demandes d'interview et nos demandes d'accès à l'établissement.

Certains résidents ont cependant accepté de témoigner, comme Nabil, originaire du Maroc, qui a par exemple confirmé que "la police et l'armée russes [les] avaient aidés. C'était bien pour nous", relate-t-il, "c'était très facile de venir ici".

Les demandeurs d'asile ne peuvent pas être expulsés tant que leur demande est en cours d'examen, une procédure qui peut prendre jusqu'à deux ans. Aucun retour forcé vers la Russie ne semble avoir été enregistré.

Au siège des gardes-frontières finlandais, à Helsinki, Marek Saareks, chef de service adjoint, a déclaré que les frontières maritimes et aériennes du pays restaient ouvertes, mais qu'au sujet de la frontière terrestre avec la Russie, la Finlande n'avait que peu d'options :  "Nous avons des informations selon lesquelles il y a dans la ville de Saint-Pétersbourg des milliers de personnes susceptibles d'entrer en Finlande par cette voie", a-t-il déclaré.

Les ONG finlandaises ont critiqué cette mesure. Pargol Miraftab, conseiller juridique d'Amnesty Finland, explique que "les droits humains appartiennent à chaque individu. Et le gouvernement a le devoir de respecter ces droits". Une association de binationaux finno-russes a même intenté une action en justice.

Pourtant, des sondages récents montrent que jusqu'à 80 % des Finlandais sont d'accord avec la fermeture de la frontière.

Certains affirment qu'une inertie des pouvoirs publics entraînerait l'arrivée d'un million d'immigrés clandestins en deux ans.

Bien qu'elle ne soit pas inscrite au programme du gouvernement et qu'elle soit motivée par des raisons différentes, la fermeture semble, pour certains observateurs, constituer une nouvelle étape vers un durcissement de la politique migratoire de la Finlande.

Le gouvernement de coalition mené par les conservateurs et l'extrême droite a initié des mesures visant à réduire de moitié les quotas de demandeurs d'asile, à limiter leur protection, à restreindre les regroupements familiaux et à affréter des vols de rapatriement partagés avec d'autres pays nordiques. Des négociations se poursuivent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elon Musk se défend d'avoir vendu ces terminaux de communication Starlink à l'armée russe

La Finlande prolonge la fermeture de sa frontière avec la Russie

La Finlande mais aussi l'Estonie face à "l'arme" russe de la migration