EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Finlande mais aussi l'Estonie face à "l'arme" russe de la migration

Des gardes-frontières et des policiers finlandais au poste-frontière de Raja-Jooseppi, dans le nord de la Finlande, le vendredi 24 novembre 2023.
Des gardes-frontières et des policiers finlandais au poste-frontière de Raja-Jooseppi, dans le nord de la Finlande, le vendredi 24 novembre 2023. Tous droits réservés Emmi Korhonen./Lehtikuva via AP
Tous droits réservés Emmi Korhonen./Lehtikuva via AP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Helsinki accuse Moscou de tentative de déstabilisation en représailles à son entrée dans l’Otan.

PUBLICITÉ

Dans l'hiver arctique glacial, un nombre croissant de demandeurs d'asile en provenance de Russie se sont récemment présentés à la frontière finlandaise, une attaque hybride orchestrée par Moscou selon Helsinki.

Vêtus de manteaux d'hiver, nombre d'entre eux arrivent à vélo, tentant de contourner l'interdiction de franchir la frontière à pied, bien que la Finlande ait interdit l'entrée à vélo la semaine dernière.

Les gardes-frontières finlandais ont sonné l'alarme début octobre, avertissant que la Russie autorisait un nombre croissant de migrants à franchir la frontière sans papiers.

Ces migrants viennent principalement du Moyen-Orient et d'Afrique.

Pour Helsinki, il s'agit d'une tentative de déstabilisation russe.

"Il s'agit d'une action systématique et organisée par les autorités russes", a dit lundi le Premier ministre finlandais, Petteri Orpo.

Depuis août, environ 700 demandeurs d'asile sans visa sont entrés en Finlande par la frontière longue de plus de 1 300 kilomètres, selon les autorités finlandaises.

Helsinki a réagi en fermant tous ses points de passage de la frontière est, ne maintenant ouvert que celui situé le plus au nord, frontalier de la région russe de Mourmansk.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a démenti mercredi toute action délibérée russe. "Les autorités finlandaises commencent à trouver des excuses maladroites, réactivant ainsi les sentiments russophobes", a-t-elle déclaré.

L'agence européenne de garde-frontières Frontex a annoncé ce jeudi le déploiement prochain de 50 fonctionnaires à la frontière finlandaise.

L'Estonie accuse aussi le voisin russe

De l’autre côté du Golfe de Finlande, l’Estonie accuse aussi le voisin russe d’envoyer des migrants venus de Syrie et de Somalie à la frontière.

La Lettonie et la Norvège sont également sur leurs gardes.

Mais tous ces pays doivent aussi respecter leurs obligations en matière de droit de l’homme pour éviter une crise humanitaire au moment ou les températures chutent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Finlande garde ses frontières fermées avec la Russie

L'Estonie prête à accueillir les migrants après la fermeture de la frontière finlandaise

L’idée d’externaliser l’accueil des migrants hors de l'UE progresse