PUBLICITÉ

Biden signe un accord d'aide de 95 milliards de dollars attendu pour l'Ukraine, Israël et Taïwan.

"Ce paquet est littéralement un investissement... dans notre propre sécurité"
"Ce paquet est littéralement un investissement... dans notre propre sécurité" Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Si le Congrès n'aide pas l'Ukraine, l'Ukraine perdra la guerre", avait déclaré Zelensky, plus tôt au mois d'avril. Par ailleurs, Ukraine a déjà utilisé des missiles balistiques de longue portée, fournis en secret par Washington, pour frapper les forces russes.

PUBLICITÉ

Le président américain Joe Biden a officiellement signé ce mercredi un accord de 95 milliards de dollars, destiné à aider l'Ukraine, Israël et Taïwan.

Cette signature intervient après des mois où l'aide américaine à l'Ukraine semblait avoir disparue, le Congrès américain ne trouvant pas de voie simple pour faire approuver le paquet de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

"Les livraisons vont commencer immédiatement. Dans les prochaines heures, nous allons commencer à envoyer à l'Ukraine des munitions de défense aérienne, de l'artillerie, des systèmes de roquettes et des véhicules blindés. Ce paquet est un investissement non seulement dans la sécurité de l'Ukraine, mais aussi pour la sécurité de l'Europe" a assuré Biden. 

Plus tôt au mois d'avril, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait averti que son pays perdrait la guerre face à la Russie si l'aide américaine voulue par Joe Biden, demeurait bloquée au Congrès à cause de l'opposition du camp républicain, soutenant Donald Trump. "Si le Congrès n'aide pas l'Ukraine, l'Ukraine perdra la guerre", avait-il déclaré sur un ton grave lors d'un échange en visioconférence, avec des ambassadeurs de la plateforme de levées de fond du gouvernement. 

Le président de la Chambre des représentants, Mike Johnson, a retardé pendant des mois le vote, car les membres de l'aile d'extrême droite de son parti, notamment les députés Marjorie Taylor Greene de Géorgie, et les membres de l'aile d'extrême droite de la Chambre des représentants de l'Union européenne, **se sont opposés à ce projet. **

L'aie américaine à l'Ukraine avait disparu

Les efforts déployés par l'administration Biden pour aider l'Ukraine à repousser l'invasion brutale de la Russie ont subi des dommages considérables à cause de l'impasse financière qui remonte au mois d'août, lorsque le président démocrate a présenté sa première demande de dépenses d'urgence pour l'aide à l'Ukraine. **Même avec l'arrivée massive de nouvelles armes et munitions, il est peu probable que l'Ukraine se rétablisse immédiatement après des mois de revers. **

"Les choses ne vont pas en faveur des Ukrainiens dans le Donbass, et certainement pas ailleurs dans le pays", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby, en faisant référence au cœur industriel de l'est du pays où l'Ukraine a subi des revers. "M. Poutine pense qu'il peut gagner du temps. Nous devons donc essayer de gagner du temps".

Les missiles livrés en secret frappent déjà les Russes, notamment en Crimée annexée

Pour la première fois, l'Ukraine a commencé à utiliser des missiles balistiques à longue portée fournis secrètement par les États-Unis, bombardant un aérodrome militaire russe en Crimée la semaine dernière et des forces russes dans une autre zone occupée pendant la nuit, ont déclaré des responsables américains mercredi.

Longtemps recherchés par les dirigeants ukrainiens, les nouveaux missiles donnent à l'Ukraine une distance de frappe presque deux fois plus grande - jusqu'à 300 kilomètres - que celle dont elle disposait avec la version de moyenne portée de l'arme qu'elle a reçue des États-Unis en octobre dernier. 

L'un des responsables a déclaré que les États-Unis fourniraient davantage de ces missiles dans le cadre d'un nouveau programme d'aide militaire signé par le président Joe Biden mercredi.

M. Biden a approuvé la livraison du système de missiles tactiques à longue portée de l'armée, connu sous le nom d'ATACMS, au début du mois de mars, et les États-Unis en ont inclus un nombre "significatif" dans un programme d'aide de 300 millions de dollars annoncé à l'époque, a déclaré l'un des responsables.

Les deux responsables américains, qui ont parlé sous le couvert de l'anonymat pour discuter de la livraison avant qu'elle ne soit rendue publique, n'ont pas voulu préciser le nombre exact de missiles fournis le mois dernier ou dans le cadre du dernier programme d'aide, qui présente un total d'environ 1 milliard de dollars.

L'Ukraine a été forcée de rationner ses armes et fait face à des attaques russes croissantes. L'Ukraine avait imploré le système à longue portée parce que les missiles fournissent une capacité critique de frapper des cibles russes plus éloignées, permettant aux forces ukrainiennes de rester en toute sécurité hors de portée.

Les informations sur la livraison ont été gardées si discrètes que les législateurs et d'autres personnes ont demandé ces derniers jours que les États-Unis envoient les armes, sans savoir qu'elles se trouvaient déjà en Ukraine.

Une aide à Gaza en parallèle ?

Biden a souligné que le projet de loi prévoyait également une aide humanitaire massive pour les Palestiniens de Gaza qui souffrent de la poursuite de la guerre entre Israël et le Hamas.

Il a déclaré qu'Israël devait veiller à ce que l'aide humanitaire destinée aux Palestiniens, dans le cadre du projet de loi, parvienne à Gaza "sans délai".

PUBLICITÉ

TikTok, bientôt interdit aux États-Unis ?

L'accord contient aussi une disposition qui donne à ByteDance, la société mère de TikTok basée à Pékin, neuf mois pour vendre l'application, faute de quoi elle sera interdite aux États-Unis. Le président peut accorder une prolongation unique de 90 jours, portant le délai de vente à un an, si elle certifie qu'il existe une voie vers la cession et que des "progrès significatifs" ont été accomplis.

L'application chinoise a rapidement déclaré qu'elle allait engager une action en justice contre ce qu'elle a qualifié d'effort "inconstitutionnel" du Congrès.

"Nous pensons que les faits et la loi sont clairement de notre côté et que nous finirons par l'emporter", a déclaré l'entreprise dans un communiqué. "Le fait est que nous avons investi des milliards de dollars pour assurer la sécurité des données américaines et préserver notre plateforme de toute influence ou manipulation extérieure. Cetteinterdiction aurait un effet dévastateur sur sept millions d'entreprises et réduirait au silence 170 millions d'Américains".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

À Washington, les Ukrainiens et leurs supporters célèbrent l'augmentation de l'aide à l'Ukraine

Le Sénat américain valide l'aide de 95 milliards de dollars pour l'Ukraine, Israël et Taïwan

Guerre en Ukraine : Kyiv craint une nouvelle offensive russe