PUBLICITÉ

Le Parlement géorgien adopte la "loi sur l'influence étrangère"

Des manifestants portant des masques à gaz se tiennent près du bâtiment du Parlement lors d'une manifestation de l'opposition contre la "loi russe" dans le centre de Tbilissi, en Géorgie, le lundi 13 mai 2024.
Des manifestants portant des masques à gaz se tiennent près du bâtiment du Parlement lors d'une manifestation de l'opposition contre la "loi russe" dans le centre de Tbilissi, en Géorgie, le lundi 13 mai 2024. Tous droits réservés AP Photo/Zurab Tsertsvadze
Tous droits réservés AP Photo/Zurab Tsertsvadze
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le Parlement géorgien adopte en troisième lecture la loi décriée sur "l'influence étrangère".

PUBLICITÉ

Le Parlement géorgien a approuvé une loi controversée renforçant les contrôles et augmentant les amendes pour les organisations recevant des fonds de l'étranger.

Toute entreprise, y compris les médias et les ONG, devra désormais s'enregistrer comme "poursuivant les intérêts d'une puissance étrangère" si elle reçoit plus de 20 % de fonds de l'étranger.

L'opposition a qualifié le projet de loi de "loi russe", établissant un parallèle avec l'utilisation par Moscou de mesures similaires pour supprimer les médias indépendants et stigmatiser les activistes.

La police tente d'arrêter un manifestant près du bâtiment du Parlement lors d'une manifestation de l'opposition contre « la loi russe » dans le centre de Tbilissi
La police tente d'arrêter un manifestant près du bâtiment du Parlement lors d'une manifestation de l'opposition contre « la loi russe » dans le centre de TbilissiAP

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le projet de loi

L'approbation de la loi fait suite à des semaines de manifestations intenses et généralisées en Géorgie, marquées par des affrontements entre les manifestants et les autorités policières, ainsi que par plusieurs arrestations, des dizaines de milliers de personnes étant descendues dans la rue.

Dans une tentative désespérée d'empêcher le projet de loi d'arriver en dernière lecture, des militants ont essayé de bloquer l'accès au Parlement lundi, tandis que pendant le week-end, d'immenses rassemblements ont eu lieu dans les rues de la capitale, Tbilissi, avec des manifestants drapés dans des drapeaux géorgiens et de l'Union européenne.

Le parti Dream, au pouvoir en Géorgie, avait déjà tenté de faire adopter la loi l'année dernière, mais il avait dû faire marche arrière après une énorme vague de manifestations.

En mars 2024, il a de nouveau tenté de faire passer cette loi, arguant qu'elle était nécessaire pour endiguer l'influence étrangère et les tentatives de déstabilisation de la politique de la Géorgie.

La demande d'adhésion de la Géorgie à l'UE est-elle terminée ?

Nombreux sont ceux qui affirment que la "loi sur l'influence étrangère" va entraver la candidature de la Géorgie à l'adhésion à l'UE.

Le pays s'est vu accorder le statut de candidat en décembre, mais la Commission a prévenu que la Géorgie devrait s'engager sur la voie des réformes de l'État de droit et de la justice.

À la suite des événements récents, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a prévenu que la Géorgie se trouvait "à la croisée des chemins" et qu'elle devait rester "sur la bonne voie" pour rejoindre l'Europe.

Le responsable de la politique étrangère du bloc, Josep Borrell, a également fait part de ses inquiétudes concernant les procédures parlementaires, avertissant que l'adoption du projet de loi entraverait les progrès de la Géorgie vers l'intégration à l'UE.

De même, les États-Unis ont déclaré il y a deux semaines que "la trajectoire occidentale de la Géorgie était menacée".

Les États-Unis condamnent la loi sur l'"influence étrangère" inspirée par le Kremlin", a déclaré le Département d'État américain, dénonçant "le faux récit que les représentants du gouvernement ont adopté pour la défendre".

"Les membres du parti au pouvoir ont clairement indiqué que l'objectif de la loi était de faire taire les voix critiques et de détruire la société civile dynamique de la Géorgie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE appelle la Géorgie à respecter ses engagements démocratiques

Géorgie : la "loi russe" devrait être approuvée cette semaine

No comment : le Parlement géorgien vote en faveur de la "loi russe" au milieu des protestations