EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes

Sasha et sa mère Snizhana avant l'invasion de l'Ukraine.
Sasha et sa mère Snizhana avant l'invasion de l'Ukraine. Tous droits réservés Snizhana
Tous droits réservés Snizhana
Par Johanna UrbancikDaria Artemova (Interpreter)
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Sasha et sa famille vivaient à Marioupol. Au cours du premier mois de l'invasion, il a été séparé de force de sa mère et emmené dans la ville occupée de Donetsk. Pendant des semaines, sa grand-mère Liudmyla n'a pas su s'il était mort ou vivant.

PUBLICITÉ

Lorsque les troupes russes ont commencé à s'installer à la frontière, Snizhana s'attendait à ce qu'il se passe quelque chose. Son mari et le père de ses enfants avaient promis à la famille de quitter Marioupol le 23 février 2022, mais ils n'ont pas pu le faire en raison de problèmes de transport. Snizhana et ses deux enfants, Sasha et Viktoria, sont finalement restés bloqués à Marioupol.

Un jour plus tard, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a commencé. Marioupol est bombardée en permanence. Snizhana appelle sa mère, Liudmyla, pour lui dire : "Il se passe des choses horribles ici". C'est la dernière fois que Liudmyla parlera à sa fille.

24 mars 2022, Marioupol

Avant l'invasion russe, près d'un demi-million de personnes vivaient à Marioupol. Cette ville du sud-est de l'Ukraine était connue pour sa culture et son industrie. Pendant le siège, les forces russes ont ciblé les services essentiels, tels que l'électricité, l'eau, le gaz et les réseaux de communication. Ces derniers se sont effondrés dès les premiers jours, laissant un vide d'informations et rendant presque impossible pour les habitants de joindre leurs proches.

Des chars russes à Marioupol dans une zone contrôlée par les forces séparatistes soutenues par la Russie, en avril 2022.
Des chars russes à Marioupol dans une zone contrôlée par les forces séparatistes soutenues par la Russie, en avril 2022.Alexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

En raison des bombardements incessants, les vivres se sont raréfiés, obligeant les habitants à quitter leurs abris pour se procurer de la nourriture et faire fondre la neige pour obtenir de l'eau. Le 24 mars, la famille de Snizhana a été contrainte de cuisiner dehors sur un feu ouvert, par un froid glacial. Alors que son fils de 11 ans, Sasha, était dehors pour aider à la préparation de la nourriture, de violents tirs d'obus ont commencé. Sasha a cherché un abri.

Un peu plus tard, il s'est finalement réfugié au deuxième étage de la maison d'un voisin. Il pensait que sa sœur Viktoria, âgée de deux ans, s'y trouvait seule, mais lorsqu'il est arrivé, il l'a trouvée à l'abri avec sa mère, Snizhana. Alors qu'ils se cachaient tous les trois, un obus est tombé sur la maison voisine, blessant l'enfant de 11 ans sous l'œil droit.

Malgré les tirs d'obus et les attaques incessantes, Snizhana a fini par emmener son fils dans une usine pour qu'il puisse se faire soigner. Sasha se souvient qu'une fois sur place, ils n'ont pas pu repartir à cause des tirs d'artillerie.

Les autorités ont dit à Sasha que sa mère "ne voulait plus de lui"

Sasha se souvient que les forces russes ont encerclé l'usine, les ont capturés et les ont conduits quelque part. "Ma mère, un autre civil et moi-même avons été emmenés dans un village appelé Bezimenne, dans la partie occupée de Donetsk", se souvient-il.

À Bezimenne, les services des droits de l'enfant de Novoazovsk sont venus le séparer de sa mère. "Ils ne m'ont pas laissé lui dire au revoir", dit-il, ajoutant qu'il pense qu'ils l'ont emmenée dans un camp de filtration. C'est la dernière fois qu'il l'a vue. Les autorités lui ont dit que sa mère ne voulait plus de lui, mais l'enfant de 11 ans a cru qu'il s'agissait d'un mensonge - il aime et adore sa Mamulichka.

Ils ne m'ont pas laissé lui dire au revoir
Sasha

"Séparer les enfants ukrainiens de leur famille est une stratégie connue"

Selon Vladyslav Havrylov, chercheur au Collaborative on Global Children's Issues de l'université de Georgetown aux États-Unis, la tactique consistant à séparer les enfants ukrainiens de leur famille et à les endoctriner avec de la propagande anti-ukrainienne est une stratégie connue du gouvernement russe. "Cette stratégie a de multiples objectifs : effacer l'identité ukrainienne, résoudre les problèmes démographiques de la Russie par l'adoption illégale et préparer une génération future qui soutiendra l'agression militaire russe.", explique-t-il.

La déportation forcée et l'endoctrinement des enfants ukrainiens semblent également servir à "remplir" l'armée russe. "L'Armée de la jeunesse, créée par le Kremlin, joue un rôle important dans ce processus, en endoctrinant des enfants dès l'âge de six ans avec des sentiments anti-occidentaux et en glorifiant les actions militaires russes, y compris la guerre en Ukraine", ajoute M. Havrylov.

Member of Yunarmia (Young Army), an organization sponsored by the Russian military that aims to encourage patriotism among the Russian youth, in 2023.
Member of Yunarmia (Young Army), an organization sponsored by the Russian military that aims to encourage patriotism among the Russian youth, in 2023.Dmitri Lovetsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
"L'armée des jeunes", créée par le Kremlin, joue un rôle important dans ce processus, en endoctrinant des enfants dès l'âge de six ans avec des sentiments anti-occidentaux et en glorifiant les actions militaires russes, y compris la guerre en Ukraine.
Vladyslav Havrylov

L'organisation enrôle des milliers d'enfants, en particulier dans les territoires ukrainiens occupés, pour servir le programme d'assimilation culturelle et de loyauté politique envers Moscou.

Le "ghetto" de Bezimenne

Le camp de filtration où il pense que sa mère a été emmenée à Bezimenne, à 30 kilomètres à l'est de Marioupol, a été baptisé "ghetto". Il s'agissait autrefois d'une école située sur les rives de la mer d'Azov, qui retient aujourd'hui des personnes en captivité. Selon le Réseau allemand des rédacteurs, RND, cette installation est l'une des nombreuses qui ont été créées en Ukraine depuis le début de la guerre. La BBC a rapporté que la Russie hébergeait environ 5 000 personnes dans le camp temporaire de Bezimenne en mars 2022, et une vidéo vérifiée par le Washington Post a confirmé l'existence du "ghetto".

Les forces russes gardent le camp de Bezimenne.
Les forces russes gardent le camp de Bezimenne.Alexei Alexandrov/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

Dans ces camps, les Russes "contrôlent" les Ukrainiens des territoires occupés par la Russie "pour leur statut et leur allégeance". Leurs passeports, téléphones et documents leur sont confisqués et les soins médicaux sont inexistants. Les rapports indiquent que les conditions de vie dans les camps sont inhumaines et que les détenus sont menacés de torture ou de mort. Des meurtres ont également été signalés dans ces camps de filtration.

Symboliquement, le nom du village ressemble à la traduction ukrainienne de "pas de nom" (без імені/ bez imeni).

Sasha est emmené à l'hôpital sans sa mère

Toujours blessé, le service des droits de l'enfant de Novoazovsk a amené Sasha dans un hôpital de traumatologie appelé Donetsʹka Oblasna Klinichna Travmatolohichna Likarnya à Donetsk, illégalement occupé, où il a finalement reçu un traitement. Bien entendu, l'enfant de 11 ans n'avait aucun papier sur lui. Les autorités de l'hôpital n'ont donc pas pu l'identifier.

Sacha, déjà terrifié, a été informé qu'il serait transféré dans un "Internat", vraisemblablement en Russie, où les enfants sans parents sont généralement envoyés pour aller à l'école et vivre. Cette institution peut être comparée à un orphelinat, plutôt qu'à la perception occidentale d'un pensionnat.

Les conclusions du projet ukrainien "Where Are Our People" révèlent que les enfants ukrainiens déportés sont souvent hébergés dans des installations réaffectées telles que des camps d'été, des dortoirs, des orphelinats et des monastères de l'Église orthodoxe russe.

Le 19 avril : Sasha appelle Liudmyla

Deux mois après l'invasion massive, un homme a abordé Liudmyla à son travail, lui disant que Sasha la cherchait. Le 19 avril, elle a entendu la voix de son petit-fils au téléphone. Malgré une connexion instable, elle a réussi à l'appeler par appel vidéo. Il lui a dit qu'il se trouvait dans un hôpital de la ville occupée de Donetsk et lui a raconté comment il avait été séparé de sa mère. "Je ne sais pas où elle est. Nous ne pouvions pas sortir de l'usine. Ils l'ont encerclée et ont commencé à tirer", se souvient-il.

PUBLICITÉ
Je ne sais pas où se trouve Maman. Nous n'avons pas pu sortir de l'usine. Ils l'ont encerclée et ont commencé à tirer
Sasha

"Sasha, je t'ai cherché partout", lui a dit Liudmyla. Elle était soulagée et heureuse que son petit-fils entre en contact avec elle, mais cela a soulevé beaucoup d'autres questions sur l'endroit où se trouve sa mère.

À la clinique, il a fait la connaissance d'un autre garçon, âgé lui aussi de 11 ans. C'est le téléphone de ce garçon qu'il a utilisé pour appeler sa grand-mère.

La blessure à l'œil de Sasha a été traitée à plusieurs reprises, d'abord en Ukraine occupée, puis à Kyiv.
La blessure à l'œil de Sasha a été traitée à plusieurs reprises, d'abord en Ukraine occupée, puis à Kyiv.Sasha

Après l'appel de Sasha, Liudmyla a réussi à entrer en contact avec une assistante sociale qui travaillait à la clinique. Elle l'a suppliée de s'occuper de Sasha et de tout faire pour qu'il ne soit pas expulsé vers un internat. "Je suis sa Babusya. Je viendrai le chercher", dit-elle.

Liudmyla se donne pour mission de récupérer Sasha

Pour récupérer Sasha, Liudmyla avait besoin de documents adéquats. Le père de Sasha étant soldat, il n'était pas possible d'aller chercher son fils. Liudmyla devait donc devenir sa tutrice. Il lui a fallu deux mois pour rassembler les documents, tels que l'acte de naissance, et les faire traduire en russe.

Avant de partir, ses amis et sa famille lui ont demandé si elle avait peur de se rendre dans les territoires occupés. "Quelles sont les autres possibilités qui s'offrent à moi pour le récupérer ?" Liudmyla aurait voyagé n'importe où dans le monde pour récupérer son petit-fils.

PUBLICITÉ
Quelles sont les autres possibilités qui s'offrent à moi pour le récupérer ?
Liudmyla

Liudmyla entame son voyage vers Donetsk occupé

Pendant les deux mois où Liudmyla a préparé son voyage, Sasha a réussi à rester à l'hôpital. Il était cependant inquiet et pensait qu'il serait emmené quelque part en Russie. Il se demandait également comment sa grand-mère avait pu venir le chercher dans une zone de guerre active. Il se souvient que Donetsk, occupée temporairement, était constamment bombardée. Il était terrifié et obligé de se rendre fréquemment dans des abris anti-bombes.

Pour rejoindre son petit-fils, Liudmyla a entrepris un voyage à travers quatre pays : Ukraine, Pologne, Bélarus et Russie. Les citoyens ukrainiens peuvent se rendre au Bélarus en passant par la frontière polonaise et continuer jusqu'en Russie. Les ressortissants ukrainiens ne sont autorisés à entrer dans la Fédération de Russie que par une frontière terrestre en Lettonie ou par l'aéroport de Sheremetyevo à Moscou.

Pour rejoindre son petit-fils, Liudmyla a entrepris un voyage à travers quatre pays.
Pour rejoindre son petit-fils, Liudmyla a entrepris un voyage à travers quatre pays.euronews

Se souvenant de la nécessité de tromper les points de contrôle, elle a inventé des histoires d'emplois saisonniers lorsqu'on l'interrogeait sur sa destination. Tout au long de ce long et difficile voyage, elle est restée vigilante et a présenté à plusieurs reprises ses documents en cours de route.

Lorsqu'elle est enfin arrivée dans la ville occupée de Donetsk, elle se souvient qu'aucune voiture ne circulait sur la route, mais qu'elle entendait constamment le bruit des sirènes et des tirs d'artillerie. Elle était terrifiée, mais rien ne l'aurait l'empêchée de retrouver son petit-fils.

Sasha, je me sens tellement mieux depuis que tu es avec moi !
Liudmyla

Lorsqu'elle est arrivée à l'hôpital, elle a enfin trouvé Sasha qui était fou de joie lorsqu'il a vu sa Babusya. Elle l'a serré dans ses bras et s'est rapidement préparée à partir en lui disant : "Sasha, je me sens tellement mieux depuis que tu es avec moi".

PUBLICITÉ

Le voyage de retour

Quitter les territoires occupés par la Russie et ramener Sasha en Ukraine n'a pas été un voyage facile. Aux points de contrôle, ils ont dû montrer leurs documents et répondre à de nombreuses questions sur l'endroit où se trouvait la mère de Sasha. Liudmyla a expliqué aux gardes que la mère de Sasha avait disparu et leur a montré les documents prouvant qu'elle était désormais sa tutrice.

À un autre poste de contrôle frontalier, dans la soi-disant "République populaire de Donetsk", non reconnue par la communauté internationale, en Ukraine, elle a de nouveau été contrôlée. Si proche de la sécurité, elle craignait qu'ils ne lui enlèvent Sasha, tout comme ils l'ont séparé de sa mère. Elle a dû remplir des formulaires et, heureusement, ils ont réussi à passer.

Avec le recul, elle se souvient qu'il était important de rester calme et de garder son sang-froid, de ne pas trop en dire. Le voyage a été stressant et, sous l'effet de l'adrénaline et de la gravité de la situation, elle dit ne pas se souvenir de tous les détails, si ce n'est qu'il fallait ramener son petit-fils en sécurité en Ukraine.

Pour Sasha, l'arrivée dans la maison de sa grand-mère dans l'oblast de Chernihiv, dans le nord de l'Ukraine, a été douce-amère. D'un côté, il était heureux que sa grand-mère ait réussi à le sauver, de l'autre, sa mère n'était pas là avec lui.

Où est Snizhana ?

Liudmyla se souvient encore du dernier appel de sa fille. Depuis, elle n'a plus de nouvelles, ce qui lui "brûle l'âme". Elle ne perd pas espoir, ajoutant qu'elle a été informée de rumeurs selon lesquelles sa fille figurerait sur une liste de femmes ayant travaillé à l'usine métallurgique d'Illich Steel and Iron Works.

PUBLICITÉ

En avril 2022, des journalistes de l'agence Reuters se sont rendus dans la ville assiégée de Marioupol, plus précisément dans la zone de l'usine métallurgique Illich, l'une des deux usines métallurgiques où les défenseurs ukrainiens s'abritaient dans des tunnels souterrains et des bunkers. Les images montrent des scènes de dévastation, avec de l'acier tordu et du béton éclaté, sans aucun signe d'Ukrainiens. Plusieurs corps de civils ont été retrouvés éparpillés dans les rues voisines.

Liudmyla a déclaré avoir été contactée par un journaliste travaillant pour un journal russe, qui lui a dit que Snizhana aurait été vue à Taganrog, une ville de l'oblast russe de Rostov, où de nombreux autres détenus du camp ont probablement été envoyés.

MDR a rapporté que certaines personnes ont été mises dans des bus et emmenées à Taganrog, où des trains les attendaient pour les emmener dans un autre camp situé dans la ville russe de Vladimir. Selon le rapport, les Ukrainiens déportés n'avaient pas de téléphone et ne pouvaient donc pas contacter leurs proches.

La région de Vladimir compte deux établissements pénitentiaires bien connus : La colonie correctionnelle n° 2, qui accueille jusqu'à 794 détenus, dont Alexey Navalny jusqu'en juin 2022, et la prison centrale de Vladimir, considérée comme l'une des "prisons les plus célèbres" de Russie, qui accueille un maximum de 1 220 détenus.

Selon la Media Initiative for Human Rights, des milliers d'Ukrainiens se trouveraient en Russie, certains étant détenus dans des territoires occupés comme Donetsk et Louhansk. Le MIHR a trouvé 42 centres de détention en Russie, y compris des centres de détention provisoire et des colonies pénitentiaires, situés près des frontières de l'Ukraine et à l'intérieur des terres.

PUBLICITÉ

Snizhana aurait donc pu se trouver à Taganrog, mais il n'existe aucune preuve. À ce jour, elle est officiellement considérée comme disparue.

Selon les données de l'ONU, plus de 2,8 millions d'Ukrainiens ont été déportés en Russie depuis l'invasion en 2022. Le nombre réel pourrait être beaucoup plus élevé. Des sources russes non officielles et semi-officielles avancent le chiffre de 4,5 millions de personnes déportées, appelées "réfugiés" par la Russie, écrit Vladyslav Havrylov.

Les enfants comprennent-ils ce qu'ils ont vécu ?

Pour digérer tout ce qu'il a vécu, Sasha reçoit encore fréquemment des traitements psychologiques sur Zoom. Selon Yulya Tukalenko, psychologue à l'organisation caritative Voices of Children, la compréhension des conditions de détention dépend de l'âge de l'enfant, de l'état des adultes qui l'entourent et de ses expériences antérieures. "Dans un état de stress, la capacité à comprendre la réalité est considérablement réduite en raison des particularités de notre système nerveux et de l'activation de certaines parties du cerveau", indique-t-elle. Les jeunes enfants ont tendance à présenter des particularités de perception dues non seulement à leur stade de développement, mais aussi à l'absence de compréhension claire de la "norme" inhérente à l'adulte.

"C'est pourquoi nous pouvons aujourd'hui observer chez de nombreux enfants une réaction tout à fait normale aux alarmes constantes, aux explosions, aux recherches et à certaines restrictions comportementales", ajoute Mme Tukalenko. "D'une part, cela protège l'enfant des sentiments de peur et d'anxiété ici et maintenant, et d'autre part, cela peut influencer la formation d'un sentiment de sécurité à l'avenir".

ONU : la déportation d'enfants ukrainiens est un crime de guerre

Les Nations unies ont déclaré que les déportations d'enfants ukrainiens constituaient un crime de guerre, et la CPI a émis des mandats d'arrêt à l'encontre du Président russe Vladimir Poutine et de la Commissaire présidentielle aux droits de l'enfant, Maria Lvova-Belova. Selon le droit international, et notamment la Convention sur le génocide de 1948, ces déportations peuvent constituer un génocide.

PUBLICITÉ

"Lorsque la CPI a délivré ce mandat d'arrêt contre Poutine, il ne s'agissait pas d'une déclaration politique, mais juridique. Il a été officiellement accusé d'être le plus grand kidnappeur d'enfants au monde", a déclaré Oleksandra Matviichuk, lauréate du prix Nobel de la paix, avocate spécialisée dans les droits de l'homme et dirigeante du Centre pour les libertés civiles.

"Les rapports suggèrent qu'entre 260 000 et 700 000 mineurs ukrainiens ont été déplacés de force par les occupants, avec des estimations atteignant 738 000 enfants depuis 2014. La conseillère et commissaire du président ukrainien pour les droits et la réhabilitation des enfants, Daria Herasymchuk, pense que le nombre réel pourrait être encore plus élevé", selon Vladyslav Havrylov, chercheur au Collaborative on Global Children's Issues de l'université de Georgetown.

"Sasha, je ne cesserai jamais de la chercher"

Les forces russes poursuivent leur assaut sur l'Ukraine. Naturellement, Sasha, qui a maintenant 13 ans, est terrifié par les sirènes, les raids aériens et les explosions. Il est toujours prêt à se cacher. Pour Liudmyla, la guerre ressemble à un coup de tonnerre dans un ciel dégagé. Après tout ce qu'elle a vécu, elle ne croit plus à la paix.

Pour l'instant, la grand-mère de Sasha ne sait pas exactement où se trouve la petite sœur de Sasha. Elle pense que la petite fille est avec les parents de son père, mais ni elle ni Sasha ne sont en contact avec elle ou avec le père de Sasha. "Cela me fait mal. C'est ma petite-fille", déclare Liudmyla, ajoutant que "tant que je serai en vie, je chercherai à savoir où elle est".

Lorsque Liudmyla est rentrée en Ukraine avec son petit-fils, elle a immédiatement inscrit Sasha à l'école. Il passe beaucoup de temps sur son téléphone et joue au football avec ses amis. Néanmoins, il pense toujours à sa mère.

PUBLICITÉ

Il s'adresse à la presse et cherche à rencontrer des dirigeants du monde entier, comme Boris Johnson, dans l'espoir qu'ils l'aident à retrouver sa mère.

"Je veux que ma mère revienne", dit le jeune homme de 13 ans, ajoutant qu'elle lui manque tous les jours.

"Sasha, je ne cesserai jamais de la chercher", lui a promis Liudmyla.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Moscou annonce un accord avec Kyiv pour échanger 48 enfants

La Russie prévoit l'évacuation de 9 000 enfants de villages frontaliers avec l'Ukraine

A Sukachi, les enfants sont toujours traumatisés par le conflit