EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Lettonie se divise sur la perspective de l'euro

La Lettonie se divise sur la perspective de l'euro
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La Lettonie vient de présenter officiellement, sa candidature pour intégrer la zone euro. L’Union européenne se prononcera cet été. En cas d’accord, la monnaie unique sera mise en circulation dans le pays dès janvier prochain. Il faut rappeler que la Lettonie remplit désormais, les critères de Maastricht : l’an dernier, son déficit budgétaire représentait 1,5% du PIB et sa dette se situait bien en-dessous de la limite des 60%. Reste que parmi les Lettons, les réticences sont grandes : dans les sondages, ils sont majoritairement contre le passage à l’euro. Or il n’y aura pas de référendum sur le sujet.

La Banque centrale lettone a beau affirmer que la population tirera avantage de ce changement de devise et que l‘économie du pays sera protégée, “plus stable et plus prévisible,” le message a du mal à passer. Pour Ilmars, chauffeur de taxi à Riga, l’abandon du lats signifie une perte d’identité : “on n’aura plus de terres, les étrangers achèteront tout, notre langue disparaîtra aussi d’une certaine façon et il ne nous restera que notre drapeau et nos blasons.”

A l’inverse, Sergejs qui travaille dans une brasserie de l’Est de la Lettonie tient un autre discours : “en tant que patriote, je suis pour une économie lettone forte, pour une Lettonie forte au niveau politique et donc, pour l’Union et pour l’euro.” Il faut dire que l’activité de son entreprise est déjà largement tournée vers les pays qui l’utilisent déjà.

Pour écouter l’interview du gouverneur de la Banque centrale lettone, Ilmars Rimsevics dans son intégralité (en anglais), vous pouvez cliquer ici
Bonus interview: Ilmars Rimsevics, Latvian Central Bank Governor

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024