EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Automobile : coup de frein dans l'UE en octobre

Automobile : coup de frein dans l'UE en octobre
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les immatriculations de voitures neuves ont globalement stagné en octobre dans l'Union européenne, mais le tableau est très contrasté.

PUBLICITÉ

Coup de frein dans le secteur automobile européen en octobre. Après s‘être envolées en septembre, les immatriculations de voitures neuves ont stagné dans l’Union européenne par rapport à octobre 2015 à 1,1 millions de véhicules. En cumul depuis janvier, la progression est de 7,2%, mais la situation est très contrastée d’un pays à l’autre.

Passenger car registrations: +7.2% over ten months; -0.02% in October | PRESS RELEASE: https://t.co/lLCC4pBrQgpic.twitter.com/9tMsU085YW

— ACEA (@ACEA_eu) 17 novembre 2016

Le marché automobile européen est vraiment divisé entre le centre et la périphérie,“ explique Tom Stevenson, analyste chez Fidelity Worldwide Investment. “La France et l’Allemagne ont accusé un gros déclin tandis que l’Espagne et l’Italie enregistraient une croissance solide et que les ventes stagnaient au Royaume-Uni. Aussi, je pense que l’avenir du secteur automobile dépend vraiment de ce qui se passera en Allemagne et en France.

Top 3 countries with most #automotive manufacturing employment in Europe: Germany, France and Poland | INFOGRAPHIC: pic.twitter.com/YKVhpHtYL7

— ACEA (@ACEA_eu) 17 novembre 2016

L’Allemagne, premier marché automobile de l’Union, accuse ainsi un recul de 5,6% des nouvelles immatriculations en octobre. En France, la contraction est de 4%.
Côté constructeurs, l’Allemand Volkswagen reste en tête des ventes grâce à ses douze marques (malgré une contraction de 1,7%), devant les Français Renault (-1,8%) et Peugeot (-7,2%).

Avec AFP, Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage