EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Automobile : 2019, année noire pour Daimler

Automobile : 2019, année noire pour Daimler
Tous droits réservés Copyright 2012 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.Michael Latz
Tous droits réservés Copyright 2012 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le groupe allemand a vu son bénéfice net chuter de 64% en raison de charges exceptionnelles liées au scandale des moteurs diesels truqués et à des rappels massifs de voitures pour des défauts sur des airbags.

PUBLICITÉ

Les temps sont durs pour Daimler. Le constructeur automobile allemand a vu l'an passé son bénéfice net reculer de 64 % pour s'établir à 2,71 milliards d'euros.

Jamais en une décennie, Daimler n'avait connu pareille chute de ses résultats. En cause, des charges exceptionnelles de l'ordre de 5,5 milliards d'euros liées d'abord au Dieselgate, le scandale des moteurs diesels truqués, ainsi qu'à des rappels massifs de voitures pour des défauts sur des airbags du fournisseur Takata.

Un année sombre donc pour Daimler et son nouveau PDG, Ola Källenius, qui a pris la tête du groupe au printemps dernier.

Ces mauvais résultats interviennent dans un contexte déjà délicat pour Daimler et l'ensemble du secteur automobile allemand, engagé dans un coûteux processus d’électrification de ses véhicules. Pour face à ces dépenses, le PDG de Daimler avait annoncé l'an passé d'importantes mesures d'économies, dont 10.000 suppressions d'emplois dans le monde.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques

Arrêt des livraisons de gaz : le géant allemand Uniper pourra réclamer des milliards à Gazprom

Élections européennes : la poussée de l'extrême droite va-t-elle peser sur les énergies renouvelables ?