EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La Biennale de Berlin explore le monde post-digital

La Biennale de Berlin explore le monde post-digital
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'exposition d'art contemporain de la capitale allemande est ouverte tout l'été.

PUBLICITÉ

La neuvième biennale d’art contemporain de Berlin explore cette année les travers de notre monde hyperconnecté et de ses paradoxes.

Confiée au collectif DIS, un groupe d’artistes new-yorkais, l’exposition tend à démontrer que l’incertitude qui pèse sur le présent reste malgré tout une source d‘énergie pour l’art contemporain.

La Biennale cultive sa différence en confiant chaque année les clés de l’exposition à un ou plusieurs artistes chargés d’entretenir le dialogue avec la ville, les gens, les passionnés ou les néophytes.

Marco Roso, membre du collectif DIS :
“Ce que nous faisons principalement durant cette biennale c’est d’amplifier la voix des artistes. Tous les artistes évoquent des sujets très actuels et Berlin fait partie intégrante de l‘équation.”

Les visiteurs ne peuvent pas passer à côté de cette étrange statue.

#9thBerlinBiennale#JuanSebastiánPeláez#Rihanna#Ewaipanoma#KunstWerkeInstituteForContemporaryArt#Barbadospic.twitter.com/R1ltN7u1VJ

— BAJANS FOR RIHANNA (@Bajans4Rihanna) 5 juin 2016

Signée par Juan Sebastián Peláez, la statue représente la chanteuse américaine Rihanna, mais sans sa tête. Son visage apparaît en revanche imprimé sur le haut de la poitrine de la statue. Une déesse des temps modernes sans tête ? Merci la mythologie grecque. Dans l’antiquité on croyait aux “Ewaipanomas” des hommes sans têtes, avec leurs yeux sur la poitrine, errant de part le monde…

Simon “Fujiwara”: http://bb9.berlinbiennale.de/finding-happiness-in-happiness/, un artiste londonien qui vit désormais à Berlin s’est inspiré d’une installation nommée “Le Musée du bonheur”, une création de son frère, qui, en tant qu‘économiste a mené une vaste étude sur le bonheur et ses développements économiques.

A l’heures de la surveillance électronique de masse, deux artistes autrichiens Armen Avanessian et Alexander Martos se sont mis en tête de créer durant la biennale un service de renseignement… au service du peuple, cette fois. Le nom de ce projet collaboratif :
DISCREET. Une oeuvre qui ne le restera pas.

A Berlin les artistes de la Biennale 2016 passent au crible notre monde moderne : Bitcoin, Selfies, NSA sont quelques un des thèmes de l’exposition. Une réflexion sur le monde post-digital.
La 9e biennale de Berlin est ouverte jusqu’au 18 septembre. Un parcours à travers toute la capitale allemande.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024