PUBLICITÉ

En France, les librairies trouvent des solutions, en Belgique, le livre est un bien essentiel

Librairie Tropismes à Bruxelles
Librairie Tropismes à Bruxelles Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après les annonces du gouvernement, les librairies ont du fermer en France mais proposent des solutions alternatives aux plateformes de livraison. en Belgique, les librairies restent ouvertes, le livre est un bien essentiel.

En Europe, dans les pays ou régions reconfinés, de nombreux commerces ont du fermer à nouveau, et notamment les librairies.

PUBLICITÉ

En France, la fermeture des librairies annoncée la semaine dernière a fait un tollé car les grandes surfaces ont pu continuer à vendre dans un premier temps des livres.

Mais les libraires s'organisent pour être une alternative à la grande distribution et aux plateformes de livraison.

"Vendre des livres et être libraire, ce sont deux choses différentes. D'ailleurs quand on dit "être libraire" on parle d'une personne, on parle d'un métier, on ne parle pas d'un algorithme utilisé par Amazon ou d'autres et qui, eux, sont indéxés sur les grosses ventes de livres uniquement."
Marco Jéru, libraire (Le Livre en pentes, Lyon)

Parmi les 3000 librairies en France, nombreuses sont celles qui utilise le système du "click and collect", "je clique et je viens chercher", pour pallier leur fermeture physique pendant le confinement.

"On utilise l'une des possibilités que l'on a est d'accepter les commandes sur internet, et nos clients viennent faire du retrait en magasin. On le pratique depuis la fin de la semaine dernière, dès que l'on a appris le confinement. on est rodé,on sait très bien faire, avec tout le matériel nécessaire, on sait respecter tous les gestes barrières et à ce niveau-là c'est beaucoup moins angoissant."
Maya Flandin, libraire (Vivement Dimanche, Lyon)

A Bruxelles, autre son de cloche, car au Royaume de Belgique, le livre est considéré comme un bien essentiel, au même titre que l'alimentation...

"Mine de rien, la santé mentale est essentielle, et donc à ce titre les magasins qui proposent des produits culturels sont essentiels pour la population."
François, lecteur et client
"Il y a tendance dans le lectorat à se tourner vers la littérature de fond plutôt que de divertissement et d'évasion. Dans ce besoin du lectorat de penser les événements dans lesquels il est pris, je pense que les librairies offrent un service essentiel".
Marc El Khadem, libraire (Tropismes, Bruxelles)

En Italie, Allemagne, Grèce ou Espagne, les situations divergent selon le niveau de confinement, mais une chose est sûre, le livre reste une valeur refuge en temps de crise, et les libraires les passeurs essentiels de la connaissance et de la culture.

Journaliste • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024