This content is not available in your region

La Biennale d'architecture de Venise a ouvert ses portes sur le thème du "Vivre-ensemble"

euronews_icons_loading
La Biennale d'architecture de Venise a ouvert ses portes sur le thème du "Vivre-ensemble"
Tous droits réservés  from AFP video
Par euronews

Elle est considérée comme le plus grand évènement du secteur : la Biennale d'architecture de Venise a ouvert ses portes la semaine dernière. Reportée d'un an, elle traite de la question de notre avenir commun après la pandémie. Architecte né à Beyrouth en 1964, Hashim Sarkis est le curateur de cette édition 2021 :

"La question de savoir comment nous allons vivre ensemble a été posée à cause du changement climatique, à cause de la profonde polarisation politique, à cause des problèmes d'inégalités croissantes à travers le monde. Ce sont les causes de la pandémie et ce sont les raisons pour lesquelles nous posons cette question."

Parmi les 46 pavillons nationaux, les Européens donnent leur avis sur la question. L'Irlande aborde le problème de «l'enchevêtrement» induit par nos sociétés numériques.

Donald Lally, co-curateur du pavillon irlandais : "L'industrie du stockage de données en Irlande en 2027 consommera environ un tiers de toute l'électricité en Irlande. Donc, ce projet consiste à dire que le cloud est un processus d'extraction qui nécessite des quantités incroyables d'électricité qui est généralement récoltée ou produite à partir de combustibles fossiles".

Pénétrant dans le pavillon espagnol, les visiteurs se retrouvent au beau milieu d'un spectaculaire et oppressant nuage de papiers flottants... L'installation cache une sombre réalité.

Sofía Piñero, co-commissaire du Pavillon espagnol : "Le projet rend hommage aux personnes qui se trouvent dans une situation illégale, qu'on appelle simplement des clandestins. Ce ne sont pas des criminels et ils sont traités comme tels. Ce sont des gens qui fuient des situations terribles. Je pense que nous sommes dans le cadre de ce que nous avons évoqué, vivre ensemble doit être pour tout le monde. Ca doit être tout le monde ou personne."

Avec cette question majeure posée par la Biennale, «vivre ensemble», le pavillon français met en avant le rôle des «communautés au travail».

Christophe Hutin, commissaire du Pavillon de France : "C'est un regard optimiste et joyeux sur le monde. L'architecture peut offrir du plaisir, du confort et du bien-être aux gens. Et surtout je voudrais, en cette année difficile, célébrer la vie et parler de la vie des gens".

Enfin, le pavillon allemand a choisi de se tourner vers 2038, quand tout sera peut-être vide, sauf un mystérieux QR code pour remplir l'espace...

La Biennale d'architecture, à découvrir à Venise jusqu'en novembre.