PUBLICITÉ

Le Festival d'Avignon s'ouvre en fanfare et sans restrictions sanitaires

Festival d'Avignon Off
Festival d'Avignon Off Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après deux éditions touchées par la pandémie, le Festival d'Avignon retrouve ses couleurs. Après la parade de rue du "Off", le "In" s'ouvre avec le "Moine noir" du metteur en scène russe Kirill Serebrennikov.

PUBLICITÉ

La parade de rue d'Avignon a lancé hier comme de tradition le Festival d'Avignon, le plus grand festival de théâtre d'Europe continentale, après deux ans marqués par la pandémie.

L'an dernier les représentations ont eu lieu, mais avec masques et peu de spectacles de rue.

Cette année, les artistes sont venus de l'Europe entière pour retrouver le goût de la fête.

"On est très contents parce qu’on a toujours participé à une parade hyper festive, hyper dansante et hyper chantante, de participer de cette façon, vraiment, tous ensemble, à nouveau, après deux ans."
Barbara Spataro
comédienne

Jusqu'à fin juillet, Avignon devient une ville-théâtre, transformant son patrimoine architectural en divers lieux de représentation, de la majestueuse Cour des Papes au café-théâtre improvisé.

Une fête permanente de 3 semaines, même si cette année le rebond épidémique fait craindre un retour des restrictions sanitaires...

"Ça fait toujours un petit peu peur que ça se re-freine, ou que ça se ré-arrête. Mais pour l’instant, nous en tout cas en Belgique, tout va bien. On a l’impression qu’ici à Avignon, tout va bien aussi, on espère que ça va continuer comme ça.
Nicolas Valentiny
comédien

Avec ce comédien belge qui a le mot de la fin :

"Salut la France, on vous adore les français, vous êtes comme nous... à part qu'un belge, c'est un français de bonne humeur !"

Le Festival d'Avignon "In" s'ouvre avec la pièce du metteur en scène russe Kirill Serebrennikov, qui a pu sortir récemment libre de Russie, "Le Moine noir", d'après Anton Tchékhov.

Il avait été sélectionné en compétition officielle du dernier Festival de Cannes pour son film La fiancée de Tchaïkovski.

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Verbier Festival : la musique classique à son sommet

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur