PUBLICITÉ

Les jonquilles au secours du climat ?

Les jonquilles seraient bonnes pour les animaux.. et bonnes pour le climat
Les jonquilles seraient bonnes pour les animaux.. et bonnes pour le climat Tous droits réservés JACQUELINE DORMER/AP
Tous droits réservés JACQUELINE DORMER/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un essai est en cours au Pays de Galles pour nourrir le bétail avec des jonquilles afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

PUBLICITÉ

Quelque part dans les Montagnes Noires du Pays de Galles, on cultive une plante improbable.

Les jonquilles, qui poussent en altitude, ont un pouvoir secret, puisqu'elles produisent un composé médical essentiel qui entre dans la composition de pilules destinées à lutter contre la maladie d'Alzheimer.

Mais ce n'est pas tout. Des études récentes révèlent un autre avantage étonnant.

Les premières données montrent que les jonquilles de haute altitude produisent un extrait qui, donné aux vaches, a la capacité unique de réduire les émissions de méthane.

Le défi : faire pousser des cultures florales de manière cohérente au sommet des montagnes...

Kevin Stephens, cultivateur de jonquilles et propriétaire d'Agroceutical : "Lorsque nous avons essayé de cultiver des jonquilles ici, nous avons constaté que toutes les pratiques traditionnelles de l'industrie de la jonquille ne fonctionnaient pas. En fin de compte, nous avons dû jeter le livre des règles et réinventer complètement le processus du début à la fin."

Luke Hanrahan : "La jonquille est synonyme de Pays de Galles, c'est la fleur nationale du pays, mais le dernier endroit où l'on s'attendrait à la voir pousser, ce sont les Montagnes noires. La raison pour laquelle c'est le cas, bien qu'il s'agisse d'un défi, est que ces conditions sont parfaites pour produire de la galantamine, le composé crucial pour la réduction du méthane."

Kevin Stephens, cultivateur de jonquilles et propriétaire d'Agroceutical : "Il est apparu très rapidement que les jonquilles regorgeaient de composés bioactifs très puissants".

Les vaches et autres animaux d'élevage contribuent à environ 14 % des émissions climatiques d'origine humaine. 

Les scientifiques espèrent qu'en plus de réduire ces émissions, l'extrait de jonquille pourra améliorer l'efficacité du système digestif des animaux.

Dr. Alison Bond, entreprise Rumenco : "Ce que nous attendons également, c'est une amélioration de l'utilisation des protéines, ce qui signifie que nous pouvons commencer à examiner les régimes alimentaires des animaux et peut-être réduire la quantité de protéines qu'ils reçoivent. C'est également un avantage très prometteur de cet additif."

Le gouvernement britannique soutient un essai de quatre ans qui, s'il s'avère concluant, pourrait avoir de profondes répercussions.

Kevin Stephens, cultivateur de jonquilles et propriétaire d'Agroceutical : "C'est une situation tout à fait irréelle que nous avons sous les yeux aujourd'hui. Le potentiel qu'il recèle pour changer le monde à de multiples niveaux est incroyablement excitant et très effrayant."

Sans être la solution miracle au changement climatique, cet essai pourrait conduire à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et contribuer ainsi à ralentir la hausse des températures mondiales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment réduire les émissions de méthane issues des déchets ménagers ?

Des émissions massives de méthane par l’industrie pétrolière et gazière détectées depuis l'espace

COP26 : une centaine de pays s'attaquent au méthane et protègent les forêts