L’UE cherche des réponses communes au défi migratoire

Le Commissaire européen chargé de la Migration Dimitris Avramopoulos
Le Commissaire européen chargé de la Migration Dimitris Avramopoulos Tous droits réservés Union européenne
Tous droits réservés Union européenne
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les institutions européennes tentent de trouver un consensus pour répondre à la crise des réfugiés.

PUBLICITÉ

Pour faire face aux tensions migratoires les institutions européennes avancent de nouvelles propositions. L'une d'elles serait la mise en place de "plateformes régionales de débarquement". Il s'agit d'accueillir les migrants secourus en mer dans des centres situés hors de l'Union. Le Commissaire européen en charge de la migration précise qu'il n’est pas question de créer des prisons. "Je suis contre un Guantanamo pour les migrants. Cela va à l'encontre des valeurs européennes", répond Dimitris Avramopoulos.

La Commission européenne souhaite aussi renforcer la coopération avec les pays africains afin de lutter contre les causes à l'origine des mouvements migratoires. Elle appelle aussi les Etats membres à renforcer les moyens de l'agence européenne des gardes-frontières. Pour le Commissaire la seule réponse efficace ne peut se faire qu'à l'échelle de l’Union. "Il n'y pas d'autre solution. Nous devons poursuivre et épuiser tous les moyens dont nous disposons pour surmonter ce problème", insiste Dimitris Avramopoulos.

L’Union européenne cherche un compromis sur la réforme du droit d’asile. Actuellement le système prévoit que les demandes soient traitées par le premier pays d’arrivée des migrants. Ce dispositif expose ainsi les pays méditerranéens comme l’Italie et la Grèce.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vers un numerus clausus pour entrer dans la fonction publique européenne ?

Un sommet pour maintenir la cohésion de l’UE

Vladimir Poutine affirme que le secteur de l'énergie est en bonne santé alors que Gazprom enregistre des pertes de 7 milliards de dollars