Brexit : Theresa May demande du temps aux députés

Brexit : Theresa May demande du temps aux députés
Tous droits réservés REUTERS/Hannah McKay
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Première ministre britannique Theresa May a souligné mardi devant les députés qu'elle avait "besoin de temps" pour discuter avec l'UE de modifications à l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles qui puissent satisfaire son Parlement.

PUBLICITÉ

Devant les députés à la Chambre des communes ce mardi, Theresa May a demandé aux députés du temps et de la patience. La Première ministre britannique avoué avoir "besoin de temps" pour discuter avec l'Union Européenne de modifications à l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles qui puissent satisfaire son Parlement. Elle doit discuter avec des dirigeants de l'UE mardi et tout au long de la semaine.

"Les négociations sont dans un moment crucial et nous avons tous besoin de garder notre sang-froid pour obtenir les changements dont cette Assemblée a besoin et réaliser le brexit dans les temps. En obtenant les changements nécessaires au filet de sécurité, en protégeant et renforçant les droits des travailleurs, en renforçant le rôle du Parlement dans la prochaines phase des négociations, je crois que nous pouvons atteindre l'accord que cette Assemblée peut soutenir", a déclaré Theresa May.

La perspective d'un no deal inquiète toujours de nombreux députés. L'opposition travailliste accuse Theresa May de jouer la montre, dans ce que son chef qualifie de simulacre de négociations.

"On nous a dit de nous préparer à un autre vote significatif cette semaine après que la Première ministre a de nouveau promis d'obtenir légalement des changements importants sur le filet de sécurité, et cela ne s'est pas produit. Maintenant, la Première ministre revient devant cette assemblée avec d'autres excuses et d'autres reports. Dans sa déclaration la Première ministre a échoué à répondre aux questions les plus basiques. Quels progrès a-t-elle réalisés dans l'identification et l'élaboration des arrangements alternatifs ?", s'est interrogé le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn.

Ces arrangements alternatifs visent à éviter de recourir au filet de sécurité à la frontière irlandaise, détesté par les Brexiters, aux yeux desquels il empêcherait le pays de rompre les liens avec l'UE

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Flybmi cesse d'opérer et invoque le Brexit

Theresa May inflexible devant la Chambre des communes

Il y a "une normalisation de la détention" des migrants