EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Énergies renouvelables : Bosnie-Herzégovine et Croatie avancent ensemble

En partenariat avec The European Commission
euronews
euronews Tous droits réservés 
Tous droits réservés 
Par Aurora Velez
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sept écoles de Bosnie-Herzégovine et Croatie renoncent au charbon et adoptent des sources d'énergies renouvelables. Résultat d'un projet soutenu par la politique européenne de cohésion qui a aussi donné des ailes à de jeunes innovateurs des deux pays.

En Bosnie-Herzégovine à Gradačac, une cheminée de 15 mètres de haut trône toujours contre l'un des murs de l'école primaire Ivan Goran Kovačić. Elle est le symbole d'un temps révolu où elle utilisait le charbon pour se chauffer : elle en consommait 120 tonnes par an.

Aujourd'hui, l'école fait partie des bons élèves du projet Smart Schools, une initiative transfrontalière soutenue par l'Union européenne qui vise à encourager le recours aux énergies moins polluantes et renouvelables.

"De meilleures conditions à l'école pour les enfants"

Dževad Udvinčić a suivi une formation de "manager énergie" dans le cadre du projet : il s'occupe du système de chauffage à base de granulés de bois issues de la biomasse qui a été installé dans l'école. "En remplaçant les anciennes sources d'énergie, on a réduit la pollution et créé de meilleures conditions au sein de l'école pour les enfants," souligne Dževad Udvinčić.

Ce projet européen Smart Schools concerne trois pays : la Croatie, la Bosnie-Herzegovine et le Monténégro. Au total, sept écoles, collèges et lycées bosniens et croates ont déjà rénové leurs locaux pour les rendre moins énergivores.

Le budget total de cette initiative atteint 1,6 million d'euros, 85% étant financés par la politique européenne de cohésion. Des actions de sensibilisation ont aussi été menées dans 105 établissements auprès de 29.000 élèves.

Soutien aux innovateurs

Parmi les temps forts du projet, les journées des innovateurs organisés par exemple en mai 2019 au lycée de Žvinice en Bosnie : une compétition organisée sur sept jours qui a réuni l'an dernier, 19 étudiants présentant leur concept.

Le jeune Bosnien Salko Užičanin et le jeune Croate Roko Lukenda se sont rencontrés sur place. Ils sont toujours en contact.

Le concours a par exemple permis au premier, de créer son entreprise de panneaux solaires. _"_Ces journées des innovateurs m'ont donné l'opportunité de montrer mon innovation et ainsi, d'en conserver la propriété intellectuelle," affirme le fondateur de Solheat.

Le second, Roko Lukenda, lycéen en Croatie, avait de son côté présenté sa poubelle intelligente qui prévient le service de ramassage d'ordures quand elle est pleine. Il est en train de la développer.

"Rétablir des relations rompues"

L'efficacité énergétique passe aussi par la réhabilitation thermique des bâtiments. Dans l'école primaire Sibinjskih žrtava de Sibinj en Croatie, la toiture a été changée, les murs isolés et la façade ravalée.

Le directeur de l'établissement met en avant les autres retombées du projet moins visibles, mais essentielles pour deux pays jadis ennemis.

"Le projet représente peut-être aussi l'opportunité de rétablir des relations rompues et associées aux couleurs sombres du passé et de leur donner des couleurs plus éclatantes, des couleurs d'enfant pour construire l'avenir !" insiste Josip Šišmanović.

Le projet Smart Schools se prolonge dans d'autres établissements scolaires jusqu'en 2023. Ce qui donnera lieu une fois encore à des formations et à des actions de sensibilisation à l'innovation énergétique.

Journaliste • Aurora Velez

Partager cet article

À découvrir également

La Roumanie mise sur le nucléaire : une voie à suivre dans l'UE ?

Varna en Bulgarie veut se faire un nom dans la médecine robotisée

Covid-19 : des tests plus rapides et plus complets grâce à la recherche européenne