Après le scandale, place à la bataille politique avec le gouvernement hongrois

Après le scandale, place à la bataille politique avec le gouvernement hongrois
Tous droits réservés Mathieu CUGNOT/ European Union 2019 - Source : EP
Par Sandor ZsirosEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une partie du Parlement européen condamne l’hyprocrisie de la Hongrie à l’égard de la communauté LGBTI après l’interpellation d’un de ses eurodéputés lors d’une partouze en plein confinement.

PUBLICITÉ

La Hongrie doit mettre un terme à sa politique contre la communauté LGBTI. C'est l'appel de nombreux politiciens et militants à Bruxelles après le scandale impliquant József Szájer. L'eurodéputé conservateur hongrois a été interpellé à Bruxelles par la police lors d'une partouze avec une vingtaine d'hommes. Il est poursuivi pour détention de stupéfiants et non-respect du confinement. József Szájer n'était plus mercredi à son bureau de Bruxelles.

Pour les députés du Parlement européen, le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz, doit cesser son discours d'hypocrisie. Le gouvernement ultraconservateur hongrois mène une politique très restrictive à l’encontre de la communauté LGBTI. "Cette affaire montre le fossé entre la parole et les actes des députés, des eurodéputés et des maires qui appartiennent au Fidesz", insiste le Hongrois Márton Gyöngyösi (non-inscrits). De son côté la Française Manon Aubry (GUE) rappelle que József Szájer fait partie de "ceux qui ont inscrit dans la constitution la criminalisation" de la communauté LGBTI alors qu’il "profite ici à Bruxelles de cette liberté". La libérale Sophie in’t Veld invite les Hongrois à s’interroger sur leur Premier ministre. "Est-ce que Viktor Orban est crédible, est-il honnête? Ou ne fait-il qu'instrumentaliser la haine contre un groupe de population pour son propre gain politique", insiste la Néerlandaise.

József Szájer a déjà annoncé sa démission. Son mandat de député européen prendra fin le 31 décembre. Il lui faudra d'ici là quitter définitivement son bureau au Parlement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Belgique enquête sur un réseau d'influence russe soupçonné d'avoir payé des députés européens

Taxer les Européens les plus riches pour réduire les inégalités

Les pays de l'UE qui n'appliquent pas le pacte sur l'immigration pourraient faire l'objet de poursuites judiciaires, prévient la Commission européenne