This content is not available in your region

Les Ukrainiens partis en Russie sont-ils des "réfugiés" ou des "déportés"?

Access to the comments Discussion
Par Alberto De Filippis  & Yolaine de Kerchove (traduction)
euronews_icons_loading
Commémoration des déportations soviétiques devant le Parlement européen
Commémoration des déportations soviétiques devant le Parlement européen   -   Tous droits réservés  Euronews

Les Ukrainiens arrivés en Russie depuis le début de la guerre sont-ils des réfugiés ou des déportés ? C'est la question que beaucoup se posent en ce jour où Bruxelles se souvient des déportations massives à l'époque de l'Union soviétique.

Pour commémorer les événements tragiques survenus entre 1941 et 1953, une manifestation a été organisée devant le Parlement européen.

Selon les organisateurs, ceux que la Russie appelle "réfugiés" sont en fait des "déportés". Mais quelles sont les preuves ?

" Les Russes eux-mêmes, ils ne le cachent pas. Ils racontent qu'ils ont replacé des milliers, des centaines de milliers d'Ukrainiens, y compris des enfants sans parents, et qu'ils les adoptent. Ils sont sur le point d'avoir de nouveaux Russes", témoigne Rasa Juknevičienė, députée lituanienne.

Parmi les personnes présentes à la cérémonie, il y avait de nombreux survivants de la déportation soviétique des années 1940. Certains de ceux qui ont connu ces voyages forcés envoient maintenant un message d'avertissement à l'Europe :

"C'est vraiment incroyable que cela se produise de nos jours. Mais il est très dangereux d'oublier cette agression, cette brutalité. Des Ukrainiens souffrent dans les camps de déportation dans différents endroits de Russie. Je ressens du fond du cœur qu'il est vraiment dangereux pour l'avenir de l'Europe de permettre l'utilisation de cette brutalité en Europe. Aujourd'hui en Ukraine, peut-être demain en Italie. Qui sait ?", déclare Juozas Olekas S&D, ancien déporté lituanien.

D'un côté, la Russie déclare qu'au moins un million d'Ukrainiens sont allés spontanément chez eux. De l'autre côté, l'Ukraine affirme que ces personnes ont été déracinées de leur pays.

Journaliste • Alberto De Filippis