This content is not available in your region

A Bruxelles les réfugiés ukrainiens rencontrent des difficultés pour trouver un logement

Access to the comments Discussion
Par Maria Psara  & Euronews
euronews_icons_loading
Après l'accueil d'urgence, les réfugiés ukrainiens recherchent leur propre logement
Après l'accueil d'urgence, les réfugiés ukrainiens recherchent leur propre logement   -   Tous droits réservés  Olivier Matthys/ AP

Après avoir fui la guerre, les Ukrainiens qui ont trouvé refuge en Belgique peinent à trouver un logement. Irina a quitté sa maison à Boutcha en moins d'une demi-heure. Aujourd’hui elle cherche un appartement dans la capitale belge.

Elle remercie la famille qui l'héberge depuis trois mois mais elle veut désormais disposer d'un espace pour elle et retrouver ainsi une forme d'indépendance. Mais louer un bien semble une mission impossible.

"Lorsque j'appelle des agences et qui me demandent qui je suis et d'où je viens, lorsqu'elles entendent que je suis ukrainienne et que je bénéficie d'une protection temporaire sans contrat actuellement, elles ne veulent pas de moi", explique-t-elle.

La situation d'Irina n'est pas un cas unique. Tetiana et sa fille ont dû séjourner dans un monastère, elles ont aussi failli se faire escroquer au cours de leurs recherches immobilières. Tetiana s'estime chanceuse car sa famille d'accueil lui donne le temps nécessaire pour trouver un logement. Mais la situation reste difficile.

"Nous avons reçu de l'argent pour nous acheter à manger. Mais si nous louons un appartement nous n'aurons plus d'argent pour nous acheter de quoi manger", précise-t-elle.

Olivier Matthys/ AP
Une fois enregistrés, les réfugiés ukrainiens rencontrent d'autres difficultésOlivier Matthys/ AP

La Belgique compte actuellement 50 000 réfugiés ukrainiens. Si la guerre se poursuit, ils seront plus nombreux et selon les prévisions le pays pourrait en accueillir 80 000. Les autorités reconnaissent qu'il est difficile de demander aux familles de continuer à héberger des inconnus pour longtemps.

"Un mois ça va, deux mois, c'est plus compliqué. Le troisième mois, ça devient difficile et donc il faut trouver de nouveaux hébergeurs", constate le coordinateur Ukraine du gouvernement bruxellois, Pierre Verbeeren.

L’autre solution serait de mettre en place des centres d’accueil mais "les Ukrainiens souhaitent un logement normal, ils ne souhaitent pas un centre d'accueil pour réfugiés", ajoute-t-il.

L'Union européenne a débloqué plus de 3,5 milliards d'euros de paiement d’avance aux Etats membres pour les aider à accueillir les réfugiés. Mais ces moyens sont insuffisants. De nombreux Ukrainiens finissent par retourner chez eux malgré la guerre.