EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

En un an, les importations de pétrole russe vers l'UE ont chuté de 90%

The EU has totally banned seaborne imports of Russian crude oil and refined products, such as diesel and gasoline.
The EU has totally banned seaborne imports of Russian crude oil and refined products, such as diesel and gasoline. Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

C'est officiel, l'Union européenne n'est plus la première importatrice de pétrole russe.

PUBLICITÉ

En raison des restrictions imposées en réaction à la guerre en Ukraine, les importations de pétrole russe de l'Union ont chuté de 90 % en l'espace d'une seule année.

En février 2022, le mois où le Kremlin a lancé l'invasion à grande échelle, l'UE a acheté 15,189 millions de tonnes (Mt) de pétrole brut russe et de produits raffinés, tels que le diesel, le kérosène et l'essence.

Un an plus tard, en février 2023, ces mêmes importations s'élevaient à 1,876 Mt. Le mois suivant, en mars, elles ont encore diminué pour atteindre 1,445 Mt.

L'énorme vide laissé par la Russie a été comblé par divers pays, dont les États-Unis, la Norvège, l'Algérie, le Brésil, l'Angola et les Émirats arabes unis.

Ces chiffres, publiés lundi par Eurostat, mettent en évidence les effets de l'embargo de grande envergure sur le pétrole russe que les dirigeants de l'UE ont décidé d'imposer à la fin du mois de mai, à l'issue de négociations tendues.

L'interdiction était double, puisqu'elle s'appliquait à la fois au pétrole brut et aux produits raffinés transportés par mer. Elle sont entrées en vigueur le 5 décembre et le 5 février, respectivement.

La mesure a toutefois exempté les importations de pétrole via l'oléoduc Druzhba à la demande des pays enclavés d'Europe centrale, notamment la Hongrie, dont les exigences ont retardé l'approbation finale de l'interdiction.

En fait, la ventilation pays par pays des données de mars montre que la majorité du pétrole brut russe a été acheminée vers les trois pays reliés par l'oléoduc Druzhba : la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque.

Les dirigeants de l'UE ont promis de réexaminer la dérogation de l'installation, qui pour l'instant est fixée à une durée indéterminée, mais la question n'a toujours pas été abordée.

"Les importations totales de pétrole en provenance de Russie n'ont pas atteint zéro en raison de certaines exceptions prévues par les interdictions, qui autorisent des importations limitées dans des conditions spécifiques", explique Eurostat.

Les troubles provoqués par l'invasion russe ont bouleversé le secteur de l'énergie, incitant les États membres à débloquer une partie de leurs réserves pétrolières d'urgence pour tenter de faire baisser les prix du marché.

Selon Eurostat, en mars 2023, seuls cinq États membres - la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, l'Irlande, la Lettonie et la Lituanie - étaient encore en dessous du niveau minimum national de stocks pétroliers d'urgence.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mobilisation pour le climat à New York avant l'Assemblée générale de l'ONU

Sommet du G7 : Meloni qualifie l'offre de cessez-le-feu de Poutine en Ukraine de "propagande"

Deux citoyens suédois libérés par l'Iran réunis avec leur famille à Stockholm