This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : le point sur les répercussions économiques dans l'UE

Par Naomi Lloyd
euronews_icons_loading
Real Economy
Real Economy   -   Tous droits réservés  euronews

Les prévisions économiques de l'hiver 2022 de la Commission européenne ont été publiées le 10 février,  à peine deux semaines avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie. À cette date, l'économie européenne était sur la voie d'une expansion solide au sortir de la pandémie. Dans ses prévisions économiques du printemps 2022 communiquées le 16 mai, la Commission a considérablement modifié les chiffres hivernaux.

Une révision totale des prévisions

Alors qu'en février, on tablait sur une croissance de 4 % dans l'UE et la zone euro en 2022 et pour l'année suivante, de 2,8 % pour l'UE et de 2,7 % dans la zone euro. L'inflation était annoncée à 3,5 % dans la zone euro et à 3,9 % dans l'UE et devait chuter à 1,7 % dans la zone euro et à 1,9 % dans l'UE en 2023.

Dans son document du printemps, Bruxelles a revu à la baisse, ses prévisions de croissance à la fois, pour l'UE et la zone euro, en les faisant passer à 2,7 % pour 2022 et à 2,3 % pour 2023. L'inflation 

Quant à l'inflation, elle est envisagée pour 2022, dans l'UE, à 6,8 % avant une potentielle baisse à 3,2 % en 2023. Dans la zone euro, elle est attendue à 6,1 % cette année avant de se réduire à 2,7 % l'année suivante.

Quels sont les principaux facteurs affectant l'économie ?

La guerre a exacerbé les problèmes économiques existants comme la hausse des prix de l'énergie et la rupture des chaînes d'approvisionnement.

Le principal facteur négatif est la flambée des prix de l'énergie, due à la dépendance de l'Union européenne à l'égard des énergies russes. Cette situation fait grimper l'inflation à des niveaux record et pèse sur les entreprises et les ménages européens.

L'Ukraine et la Russie produisent près d'un tiers du blé et de l'orge dans le monde et sont d'importants exportateurs de métaux.

Les perturbations de ces chaînes d'approvisionnement, ainsi que la hausse du coût de nombreuses matières premières ont fait grimper le prix des denrées alimentaires et d'autres biens et services de base.

À quoi faut-il s'attendre ?

Tant que la guerre de la Russie en Ukraine se poursuivra, l'incertitude et les risques pour les perspectives resteront élevés.

La croissance se poursuivra cette année et l'année prochaine, mais elle sera beaucoup plus modérée que prévu.

Journaliste • Naomi Lloyd