Vidéo

euronews_icons_loading
Capture de la lettre postée sur son compte Twitter par le Premier ministre britannique Boris Johnson