This content is not available in your region

Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron sur le toit en travaux, deux ans après l'incendie

Notre-Dame de Paris : Emmanuel Macron sur le toit en travaux, deux ans après l'incendie
Tous droits réservés  Anne-Christine Poujoulat/AFP
Taille du texte Aa Aa

Deux ans jour pour jour après l'incendie de Notre-Dame de Paris, il était venu le temps pour Emmanuel Macron de faire le point sur le chantier de reconstruction de la cathédrale. Le président français a effectué son premier retour sur les lieux depuis le drame. Sur les planchers hauts de Notre-Dame, il a rencontre les équipes mobilisées : charpentiers, échafaudeurs, cordistes entre autres.

Emmanuel Macron a souligné "l'immense travail accompli" en visitant jeudi l'impressionnant chantier."On n'est qu'à une étape, on voit aussi tout ce qu'il reste à faire, mais c'est un message de fierté collective car on a beaucoup fait en deux ans et on a évité le pire", a-t-il également déclaré, soulignant que 35 entreprises participaient aux travaux.

Peu après le drame, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir la reconstruire en cinq ans. Un an plus tard, dans un message vidéo, il avait renouvelé cette promesse malgré l'interruption du chantier pendant le premier confinement.

Mais le chantier ne sera pas achevé en cinq ans, notamment à cause de l'arrêt des travaux dû au confinement. En revanche le monument doit être rendu au culte pour le 16 avril 2024, jour où doit être de nouveau célébrée une première messe dans la nef, a annoncé en décembre 2020 le général Georgelin, président de l'Etablissement public chargé de reconstruire la cathédrale.

La phase de sécurisation est en cours d'achèvement. "Il y a une deuxième phase concernant le toit et la flèche donc cette partie là il est possible que cela dure au-delà de 2024", a déclaré à euronews Mechtild Rössler, Directrice de la Division du patrimoine et du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Elle salue en revanche que le président français ait décidé d'une reconstruction à l'identique : "La cathédrale fait partie des berges de la Seine, c'est un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO et donc il faut respecter l'authenticité. Je pense que c'était donc une bonne décision de maintenir l'architecture de Viollet-le-Duc", a-t-elle déclaré sur euronews.

Quelque 833 millions d'euros ont été recueillis pour cette restauration grâce à une collecte nationale et internationale.