PUBLICITÉ

Oprah Winfrey se dit victime de racisme dans une boutique de luxe à Zurich

Oprah Winfrey se dit victime de racisme dans une boutique de luxe à Zurich
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

L’animatrice et productrice de télévision américaine Oprah Winfrey s’est dite victime de racisme dans une boutique de luxe lors d’un séjour à Zurich, où elle s’est rendue le mois dernier pour le mariage de Tina Turner . Dans une interview accordée à Larry King sur Ora.tv, la reine des “talk-shows” américains a confié qu’une vendeuse avait refusé de lui montrer un sac à main, affirmant que celui-ci était “trop cher pour elle”.

“J’ai dit à cette femme: “je voudrais voir ce sac à main sur l‘étagère et elle m’a repondu: non celui-ci est trop cher”, a indiqué Oprah Winfrey sur les ondes d’Ora.tv La vendeuse lui a alors vanté ce sac à main en crocodile, lui expliquant qu’il avait été créé pour l’actrice américaine Jennifer Aniston.

Oprah Winfrey a raconté à Larry King qu’elle avait eu envie de rire et de jouer à “Pretty woman” en achetant toute la boutique pour damer le pion à la vendeuse mais qu’elle avait finalement renoncé lorsqu’elle a réalisé que celle-ci toucherait alors une commission. Oprah Winfreh a une fortune estimée à 2,8 milliards de dollars par le magazine américain Forbes. Contactée par l’AFP, Trudie Götz, la propriétaire de la chaîne suisse de boutiques de luxe Trois Pommes, a expliqué qu’il s’agissait d’un malentendu.

“Ma vendeuse a voulu être trop gentille. Elle lui a expliqué qu’il s’agissait d’un sac à 35.000 francs suisses et qu’elle pouvait lui montrer des versions moins chères en autruche, en pur cuir et en velours”, s’est-elle défendu. La patronne de la boutique a ajouté qu’elle ne prévoyait pas de sanctions disciplinaires contre son employée. “C’est une vendeuse très qualifiée. Elle travaille aussi dans la boutique de Saint-Moritz et a l’habitude de traiter avec des clients prestigieux”, a-t-elle affirmé.

Trudi Götz a précisé qu’elle était en train de réfléchir à la réponse à apporter face à ces accusations et qu’elle allait consulter son avocat. Suisse Tourisme, l’organisme de promotion du tourisme en Suisse, a présenté ses excuses sur Twitter: “Cette vendeuse a eu un comportement déplacé. Nous sommes désolés” , écrit l’organisation.

(AFP)

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le lac Léman menacé par des températures élevées

La Suisse aussi va augmenter le budget de sa défense

Après le président Zelensky, plusieurs dirigeants européens sont attendus à Davos