Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Ecossais rejettent l'indépendance [Revivez l'événement]

Les Ecossais rejettent l'indépendance [Revivez l'événement]
Taille du texte Aa Aa

Le royaume reste uni, les indépendantistes écossais ont perdu leur pari. Alex Salmond, le Premier ministre écossais et chef de file du ‘‘yes’‘, a reconnu la défaite de son camp. Le ‘‘no’‘ l’emporte avec plus de 55,3% des voix, selon des résultats définitifs. La participation a été massive puisqu’elle atteint le niveau record de 84,6 %. Dans un discours, Alex Salmond a remercié les 1,6 million de personnes qui ont voté en faveur de l’indépendance, notamment les habitants de Glasgow, la première ville d’Ecosse, qui se sont prononcés à 53 % pour le ‘‘oui’‘. Le chef du Scottish National Party a par ailleurs appelé le gouvernement britannique à respecter ses promesses en matière de transfert de pouvoirs au Parlement écossais.

S’exprimant depuis le 10 Downing Street, David Cameron a dit avoir entendu les voix indépendantistes et a assuré que les engagements de Londres vis-à-vis de l’Ecosse seraient respectés. ‘‘Le temps est venu pour le Royaume-Uni de se rassembler et d’aller de l’avant’‘, a encore déclaré le Premier ministre britannique. Le Royaume-Uni a en tous cas vécu une longue et périlleuse nuit, dont il aurait pu sortir amputé d’une nation. Près de 4,2 millions d‘électeurs ont choisi grâce à un référendum historique qui reposait sur la réponse à cette simple question : “L’Ecosse doit-elle devenir un pays indépendant ?” L’enjeu était tellement important que les trois principaux partis politiques britanniques, conservateur, libéral-démocrate et travailliste, s‘étaient rangés exceptionnellement sous la même bannière pour mieux peser en faveur du “non”. David Cameron avait même supplié les Ecossais : “S’il vous plaît, restez (…) Ne brisez pas cette famille”. En face, le camp du “oui” comptait sur un “poids-lourd”, le nationaliste Alex Salmond, économiste de formation, tacticien habile et parieur-né. Alex Salmond a tout misé sur l’indépendance de son pays, perdue il y a trois siècles; il a perdu mais a au moins réussi à obtenir plus d’autonomie pour l’Ecosse.

Avec la collaboration de Julien Pavy