EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

A Budapest, Merkel critique la démocratie "illibérale" de Orban

A Budapest, Merkel critique la démocratie "illibérale" de Orban
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec euronews Budapest
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Première visite d'Angela Merkel à Viktor Orban en Hongrie, marquée par une divergence de vue sur la démocratie

PUBLICITÉ

Deux pays très interdépendants sur le plan économique, mais éloignés sur la définition de la démocratie. La chancelière allemande était en visite en Hongrie, où le Premier ministre souhaite une démocratie “illibérale”, c’est le nom que lui donne Victor Orban, citant comme modèle la Russie, la Chine et Singapour :
“Nous pensons que chaque démocratie n’est pas nécessairement libérale, et si quelqu’un dit que la démocratie doit être libérale, a déclaré Viktor Orban, c’est accorder la primauté à une école de pensée, et nous ne le souhaitons pas.”

Pour sa première visite depuis l’arrivée au pouvoir du dirigeant hongrois en 2010, Angela Merkel, elle aussi dans le camp conservateur, a affirmé sa différence : “Notre parti, le parti dont je suis issue, la CDU a trois racines : libérales, chrétiennes-démocrates et conservatrices, c’est pour cela que nous sommes le parti du peuple. Alors pour moi le mot “illibéralisme” n’a rien à voir avec la démocratie.”

Alors que Viktor Orban est fréquemment critiqué pour ses dérives autoritaires, la chancelière a insisté sur la liberté de la presse, l’indépendance de la justice et le rôle des ONG, toutes en danger, selon les détracteurs de Orban.

“Dans la soirée de dimanche cette place était remplie de 4000 manifestants venus à l’occasion de la visite d’Angela Merkel, explique notre correspondante à Budapest Andrea Hajagos. Ils ont demandé à la chancelière de défendre fermement les valeurs démocratiques européennes.” Et ce lundi soir même chose dans le centre de Budapest : des manifestants rassemblés pour crier “Orban n’est pas la Hongrie”, “la Hongrie ne veut pas de la mafia étatique de Orban et d’un gouvernement antidémocratique.”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Budapest, Robert Fico et Viktor Orbán veulent faire front commun face à l'UE

Le Parlement hongrois adopte une loi pour lutter contre "les interférences étrangères"

Hongrie : pour Viktor Orban, l'UE est une "mauvaise parodie" de l'Union soviétique