DERNIERE MINUTE

Pourquoi la CPI cible-t-elle surtout les dossiers africains ?

Pourquoi la CPI cible-t-elle surtout les dossiers africains ?
Taille du texte Aa Aa

“Pourquoi la Cour Pénale Internationale se concentre seulement sur les dossiers africains ? Qu’en est-il des crimes commis par exemple en Syrie ou en Palestine ?”, interroge Joseph de Kinshasa (Republique Démocratique du Congo).

La réponse de Fadi El Abdallah, porte-parole de la Cour pénale internationale.
“Ce sont les États africains qui ont demandé à la Cour pénale internationale d’enquêter sur les crimes qui auraient été commis sur leur territoire. Ça, c’est l‘écrasante majorité des enquêtes que la CPI a ouverte
L’autre mode de saisine, c’est à travers le Conseil de sécurité (de l’ONU). Et la Cour a également été saisie de cette façon concernant des États africains.
La CPI elle-même a une compétence au niveau des États qui ont ratifié le statut de Rome et sur cette base-là, la CPI conduit également ce que l’on appelle des examens préliminaires dans plusieurs autres pays que ce soit la Palestine, la Géorgie, le Honduras, la Colombie et j’en passe.
À propos de la Syrie. La Syrie n’est pas un État qui a ratifié le statut de Rome. Son gouvernement n’a pas reconnu la compétence de la CPI et le Conseil de sécurité (de l’ONU) n’a pas demandé à la CPI d’enquête et n’a pas demandé au gouvernement syrien de coopérer avec la CPI.
À propos de la Palestine, la question est différente parce que le gouvernement palestinien a accepté que la CPI exerce sa compétence sur le territoire palestinien et a également ratifié le statut de Rome. Le procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda a donc ouvert un examen préliminaire, qui est une sorte d’analyse préliminaire qui permettra de déterminer s’il y a une base raisonnable pour ouvrir une enquête ou non”.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.