PUBLICITÉ

Élections mexicaines : courte majorité pour le parti du président Nieto

Élections mexicaines : courte majorité pour le parti du président Nieto
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le soulagement pour le président mexicain Enrique Peña Nieto. Sa formation, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), a obtenu une courte

PUBLICITÉ

Le soulagement pour le président mexicain Enrique Peña Nieto. Sa formation, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), a obtenu une courte majorité aux élections de mi-mandat, recueillant environ 30 % des suffrages.

Outre les députés, les Mexicains devaient également élire des gouverneurs et des centaines de maires. Mais dans plusieurs Etats, notamment du sud du pays, des manifestants ont perturbé le scrutin, brûlant des urnes électorales et des bulletins de vote. Ils dénoncent notamment la violence des cartels et la collusion entre dirigeants politiques et narcotrafiquants.

‘‘Nous voulons élire nos gouverneurs, mais ils nous empêchent d’aller voter. C’est un groupe minoritaire qui fait cela’‘, dit cet homme.

‘‘On n’avait jamais connu cela : autant de violence, autant de sang versé. On ne s’attendait pas à un tel climat,’‘ dit ce Mexicain.

Jamais une campagne électorale au Mexique n’avait connu une telle flambée de violence : vingt assassinats dont ceux de plusieurs candidats, notamment dans l’Etat de Guerrero, où avaient disparu en septembre dernier 43 étudiants, probablement tués par des narcotrafiquants. Leurs proches, qui réclament la vérité sur cette affaire, ont profité du scrutin pour laisser, à nouveau, éclater leur colère.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vague orange en Thaïlande, l'opposition pro-démocratie en quête d'une coalition

Présidentielle au Monténégro : deux pro-européens qualifiés pour le second tour

Présidentielle au Nigeria : la lenteur du décompte alimente les craintes de fraude