PUBLICITÉ

2015 : des catastrophes naturelles plus meurtrières mais moins coûteuses

2015 : des catastrophes naturelles plus meurtrières mais moins coûteuses
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les catastrophes naturelles de 2015 ont fait 23 000 morts, bien plus qu’en 2014, mais le montant des dommages matériels est moins élevé, révèle le

PUBLICITÉ

Les catastrophes naturelles de 2015 ont fait 23 000 morts, bien plus qu’en 2014, mais le montant des dommages matériels est moins élevé, révèle le bilan annuel compilé par le réassureur allemand Munich Re.

Les catastrophes de l’an dernier ont été plus mortelles que celles de l’année précédente (7 700 décès en 2014) mais beaucoup moins que la moyenne des 30 dernières années qui s‘élève à 54 000 morts par an, selon le rapport de Munich Re . ### Les cinq catastrophes naturelles les plus meurtrières de 2015

  • 9000 victimes

Népal : tremblement de terre (25/04)

  • 3670 victimes

Inde, Pakistan : vague de chaleur (Mai-Juin)

  • 1250 victimes

Europe: vague de chaleur (Juin-Août)

  • 597 victimes

Inde : Inondations (Novembre – Décembre)

  • 444 victimes

Chine: Tornade (01/06)

La catastrophe la plus grave a frappé le Népal, avec 9 000 victimes.

Viennent ensuite la vague de chaleur en Inde et au Pakistan, aux mois de mai et juin, avec 3670 victimes, et celle en Europe cet été qui a coûté la vie à 1250 personnes.

En termes de dommages, le montant est le moins élevé depuis 2009 : 90 milliards de dollars (82 milliards d’euros), contre 110 milliards (100 milliards d’euros) en 2014. La moyenne des 30 dernières années s‘élève à 130 milliards de dollars par an.

Pour la première fois plus de 1 000 évènements naturels ont été recensés, mais c’est peut-être dû au développement des communications.

#ElNiño curbed #natcat2015 losses, but might be followed by a #LaNiña phase already in 2016. pic.twitter.com/JtG6JA8hPX

— Munich Re InFocus (@MunichRe_In) January 4, 2016

Les bons et les mauvais côtés de El Niño

Le rapport souligne la présence de El Niño, phénomène naturel périodique provoqué par un changement de sens des alizés au-dessus du Pacifique équatorial. Il a naturellement bloqué la formation d’ouragans majeurs dans l’Atlantique Nord. Cette année El Niño a été particulièrement marqué, provoquant des vagues de chaleur importantes et des sécheresses. Les tempêtes tropicales les plus importantes en 2015 ont eu lieu dans des endroits peu peuplés.

PUBLICITÉ

Les scientifiques cités dans le rapport préviennent que El Niño pourrait être remplacé en 2016 par un évènement inverse, La Niña, qui favorise la formation d’ouragans dans l’Atlantique Nord.

Plus riches et mieux protégés

Seulement 27 milliards sur un total de 90 milliards étaient assurés (principalement dans les pays industrialisés). Par exemple, seulement 210 millions sur les 4,8 milliards qu’a coûté le séisme au Népal étaient assurés.

L‘écrasante majorité (94%) des catastrophes qui ont conduit à des dommages significatifs était d’origine météorologique. Les récentes inondations dans le Nord de l’Angleterre étaient ainsi les conséquences d’une météo inhabituellement douce et de pluies torrentielles. Elles pourraient avoir coûté plus d’un milliard d’euros, selon Munich Re.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Inondations au Brésil : au moins 66 morts et 101 disparus

Kenya : la rupture d'un barrage provoque la mort d'au moins 45 personnes

Au Danemark, des pierres tombales en argile pour lutter contre le réchauffement climatique