PUBLICITÉ

Les Etats-Unis ont "probablement" tué un dirigeant du groupe Etat islamique en Libye

Les Etats-Unis ont "probablement" tué un dirigeant du groupe Etat islamique en Libye
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au milieu des décombres, un morceau de métal portant l’inscription Etat islamique, quelques matelas et des couvertures… Il ne reste pas grand-chose

PUBLICITÉ

Au milieu des décombres, un morceau de métal portant l’inscription Etat islamique, quelques matelas et des couvertures… Il ne reste pas grand-chose du bâtiment de deux étages visé vendredi matin, à 3h30, par l’aviation américaine près d’une localité de l’ouest de la Libye, Sabrata. La frappe ciblait une réunion de membres de l’organisation jihadiste. En particulier, un dénommé Noureddine Chouchane. Ce Tunisien de 36 ans est soupçonné d’avoir, à partir de cette base arrière, fomenté deux attentats en Tunisie, contre le musée du Bardo et dans une station balnéaire. Bilan : plus de 60 morts.

Un porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a justifié cette action par la nécessité “d‘éliminer un individu et ses combattants alors qu’ils planifiaient des attaques contre des intérêts américain et occidentaux dans la région. Ce n’est pas la première fois que nous intervenons directement en Libye ou contre des cibles de haut rang et ce ne devrait pas être la dernière, a-t-il ajouté.” Les Etats-Unis ont annoncé que Chouchane figure “probablement” parmi les 41 morts. “Son élimination va amputer le groupe Etat islamique d’un intermédiaire d’expérience et nous estimons que cela aura un impact immédiat sur les capacités de l’organisation à ancrer ses activités en Libye”, a poursuivi Peter Cook.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Derna : une vingtaine de nouveaux corps repêchés en mer, deux semaines après le drame

En Libye, la colère des habitants de Derna après les inondations meurtrières

Inondations en Libye : la menace d'une épidémie plane sur la ville de Derna