PUBLICITÉ

Brésil : l'ex-ministre des finances en garde à vue

Brésil : l'ex-ministre des finances en garde à vue
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Guido Mantega a été mis en cause par le milliardaire brésilien Eike Batista dans une affaire de fausses factures liées au scandale de corruption Petrobras.

PUBLICITÉ

Au Brésil, la tornade judiciaire sur le monde politique n’en finit plus.

Jeudi, c’est l’ex-ministre des Finances de Dilma Rousseff qui a été placé en garde à vue à São Paulo dans l’affaire tentaculaire du scandale de corruption Petrobras. Guido Mantega a été relâché quelques heures plus tard pour raison familiale.

Mantega est une figure de proue du Parti des travailleurs, le parti des deux derniers présidents brésiliens. Son arrestation fait suite au témoignage d’un milliardaire brésilien.

L’ex-multimilliardaire Eike Batista a affirmé que l’ex-ministre des finances lui avait demandé de lui virer 5 millions de réals sur un compte offshore en signant un contrat de prestations fictives.

La vidéo de l’audition du milliardaire en juin dernier (en portugais) :

You can see the video of eikebatista</a> telling Brazilian prosecutors he paid R$5m to the PT campaign here: <a href="https://t.co/8yhN58YZD6">https://t.co/8yhN58YZD6</a> <a href="https://twitter.com/Estadao">Estadao

— JP Spinetto (@JPSpinetto) 22 septembre 2016

L’arrestation de Mantega intervient deux jours seulement après a mise en accusation de l’ancien président Lula pour corruption et blanchiment d’argent.

De l’argent qui aurait servi à des pots-de-vin et au finacement de la campagne présidentielle de 2010.
Les partisans de Lula estiment qu’il s’agit là d’un coup monté destiné à l’empêcher à se représenter aux présidentielles de 2018.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : au moins 100 morts et 128 disparus dans les inondations au Brésil

Inondations au Brésil : au moins 66 morts et 101 disparus

Macron au Brésil : un renouveau dans les relations entre les deux pays