PUBLICITÉ

Vénézuela : l'opposition dénonce un "coup d'Etat" du gouvernement

Vénézuela : l'opposition dénonce un "coup d'Etat" du gouvernement
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La coalition de l'opposition appelle à manifester après le gel du processus pour organiser un référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro

PUBLICITÉ

Au Vénézuela, l’opposition dénonce un coup d’Etat orchestré par le gouvernement. Jeudi soir, le Conseil national électoral a annoncé la suspension sine die du processus visant à organiser un référendum pour révoquer le président Nicolas Maduro. Furieux, les responsables de la coalition de l’opposition appelle à la riposte.

“Il y a eu un coup d’Etat au Vénézuela, on ne peut pas appeler cela autrement. (…)” a dit Henrique Capriles, une des figures de la MUD, la Table de l’Unité Démocratique de centre droit, et d’ajouter “si les officiels veulent nous jeter en prison, et bien nous avons déjà des collègues emprisonnés, mais des gens vont manifester et défendre la Constitution. Nous ne tolérerons plus Maduro”.

Un appel à manifester dans tout le pays a été lancé pour mercredi prochain. C’est le 26 octobre que devait débuter trois jours de collecte de signatures pour permettre l’organisation d’un référendum contre le chef de l’Etat. La collecte a été annulée officiellement sous pretexte de fraudes.

Selon un sondage de l’institut Datanalisis, les Vénézueliens, confrontés à de graves pénuries, sont à une très large majorité prêts à exiger le départ de Nicolas Maduro, dont le mandat expire en 2019.

En outre, ce jeudi, la justice a prononcé une interdiction de sortie de territoire à l’encontre de huit opposants, dont Henrique Capriles et Jesus Torrealba, secrétaire exécutif de la MUD.

EN DIRECTO en #Periscope: ¡ A los venezolanos y la comunidad internacional ! https://t.co/ptIg5xP4xr

— Henrique Capriles R. (@hcapriles) 21 octobre 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : Nicolas Maduro mobilise son armée après l'arrivée d'un navire de guerre britannique

L'Espagne accueille des réfugiés venus d'Amérique latine

États-Unis - Venezuela : échange de prisonniers entre Washington et Caracas