Valls ou Hamon : l'heure du verdict pour la gauche française

Valls ou Hamon : l'heure du verdict pour la gauche française
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les électeurs doivent choisir entre deux visions opposées de la gauche.

PUBLICITÉ

Benoît Hamon ou Manuel Valls. Ce sont deux visions opposées de la gauche française qui s’affrontent ce soir lors du second tour des primaires.

Les socialistes espèrent mobiliser davantage les foules après un premier tour qui avait attiré près de trois fois moins d‘électeurs (1,6 million de votant) que lors des primaires de droite.

Benoît Hamon et son revenu universel

Vainqueur surprise dimanche dernier avec 36 % des voix, l’ex-ministre de l‘Éducation Benoit Hamon part favori. Sa proposition de revenu universel pour lutter contre la grande précarité a séduit une partie de l‘électorat de gauche. Il a obtenu le soutien d’Arnaud Montebourg, arrivé en troisième position avec 18 % des voix, et celui de l’ex-Première secrétaire du PS Martine Aubry.

Ce dimanche 29 janvier, j'ai besoin de vous pour engager le rassemblement de la gauche et combattre la droite et l'extrême-droite. pic.twitter.com/L5zYHBITUE

— Benoît Hamon (@benoithamon) 27 janvier 2017

Manuel Valls, la carte de l’expérience

Face à lui, Manuel Valls, l’ex-Premier ministre de François Hollande, incarne une vision plus libérale et joue la carte de l’expérience. Il a recueilli 31 % des voix au premier tour et n’est soutenu que par de petits candidats, notamment par Sylvia Pinel. Vincent Peillon et François de Rugy sont restés neutres, tout comme le président François Hollande.

Mon projet, il est laïque, il est républicain. Car la laïcité, c'est la France ! #JeVoteVallspic.twitter.com/cwsHPXycLo

— Manuel Valls (@manuelvalls) 27 janvier 2017

Lequel des deux hommes sera le mieux à même de rassembler la gauche pour la présidentielle ? Pour l’heure, les sondages se montrent très pessimistes pour le PS, qui arriverait en cinquième position au soir du 23 avril, devancé par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour tout savoir sur la campagne présidentielle en France : on fait le point

Les socialistes lancent leur campagne pour les européennes à Berlin

Les élections au Portugal laissent le pays dans l'incertitude quant à son avenir politique