Conflit ukrainien : des habitants d' Avdiïvka évacués

Conflit ukrainien : des habitants d' Avdiïvka évacués
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette ville près de Donetsk est touchée par les bombardements qui font rage depuis dimanche.

PUBLICITÉ

Dans l’est de l’Ukraine, des civils étaient évacués ce mercredi de la ville d’Avdiïvka, au nord de Donetsk, où de nombreux habitants sont privés d’eau et d‘électricité après des bombardements qui ont endommagé les infrastructures.

#Ukraine: à cause des violents combats à Avdiivka, 17.000 personnes, dont 2500 enfants, se retrouvent dans le froid sans électricité pic.twitter.com/Y6LPUOGWk4

— UNICEF (FR) (@UNICEF_FR) 1 février 2017

Avdiïvka, une ville sous-contrôle de Kiev, est touchée de plein fouet par la reprise des combats qui font rage depuis dimanche entre les rebelles pro-russes et l’armée ukrainienne. Des violations graves et répétées du cessez-le-feu qui inquiètent la communauté internationale.

“Nous appelons au retour immédiat de la trêve et au retrait de toutes les armes lourdes interdites par les accords de Minsk. Les observateurs de l’OSCE doivent bénéficier d’un accès libre et sûr à la région, y compris à la frontière russe de l’Ukraine”,souligne le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

L’OTAN appelle en outre la Russie à user de son influence pour rétablir la trêve dans la région. Chaque camp s’accuse mutuellement d‘être responsable de ces violences, qui ont fait près de 20 morts depuis dimanche, dont des civils.

Combats en Ukraine: l'Otan somme Moscou de faire taire les armes https://t.co/raOxP4G1T7#AFPpic.twitter.com/wgCd7KEgjF

— Agence France-Presse (@afpfr) 1 février 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Kyiv demande de nouvelles armes et munitions à ses alliés occidentaux

La situation dans le Donbass "s'aggrave", l'Allemagne livre "en urgence" un système Patriot

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe