DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Turquie : les partisans du "non" au référendum diabolisés par le pouvoir

Turquie : les partisans du "non" au référendum diabolisés par le pouvoir
Taille du texte Aa Aa

A deux mois du référendum constitutionnel en Turquie, le président Erdogan s’est lancé vendredi dans la campagne.
Et il a déjà donné le ton : tous ceux qui appelleront à voter “non” feront le jeu des terroristes et des putschistes répète-t-il à ses fidèles.

Si les Turcs valident la nouvelle constitution le 16 avril prochain, le président verra ses pouvoirs considérablement renforcés.

Dans cette vidéo, ci-dessous, cet agriculteur kurde explique avoir décidé d’appeler sa fille “Oui” (Evet en turc) pour encourager les gens à voter en faveur de la réforme constitutionnelle pour lutter contre le terrorisme.

Mais en diabolisant les partisans du “non” à la réforme constitutionnelle, le chef de l’Etat turc a surtout déclenché une violente polémique chez ses opposants qui se plaignent déjà d‘être baillonnés par une presse aux ordres du pouvoir.

Pour déminer la polémique le ministre de la Justice a promis de démissionner si une seule personne devait être arrêtée parce qu’elle dira “non” au référendum.

Avec Agences

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.