Réactions du Parlement européen après le lancement du Brexit

Réactions du Parlement européen après le lancement du Brexit
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen a réagi après le lancement officiel du Brexit.

PUBLICITÉ

Le Parlement européen a réagi après le lancement officiel du Brexit. Dans une conférence de presse commune, Antonio Tajani le président du Parlement et Guy Verhofstadt, le “M. Brexit” du Parlement ont précisé les choses face à cette situation inédite.

“Nous ne voulons pas être ni méchants ni bons, nous voulons défendre les intérêts des citoyens. S’il faut être méchant pour défendre les intérêts des citoyens, nous serons méchants. Mais le but c’est seulement de défendre les intérêts des citoyens. Si on peut le faire sans être méchant, moi je le préfère (…) J’espère qu’on peut le faire avec politesse, avec élégance, en essayant d’etre le plus gentil possible, mais il faut voir”, a déclaré Antonio Tajani.

Not reaching a deal on the rights of citizens, means not reaching a deal at all #Brexit#Article50pic.twitter.com/7t7IX6D7l5

— EP President Tajani (@EP_President) 29 mars 2017

Les négociations sur les conditions de sortie de l’UE s’annoncent difficiles. Le Parlement veillera à ce que les annonces se traduisent dans la réalité et pourra user de son droit de veto.

“Si l’issue des négociations n’est pas conforme à ce qui a été dit, avec les conditions que nous avons rendues publiques aujourd’hui, oui, nous utiliserons notre droit de veto, c’est sûr”, a déclaré Guy Verhofstadt, le “M. Brexit” du Parlement européen.

Let us together choose to believe in Britain with optimism and hope. And we can together build a stronger, fairer, better Britain. pic.twitter.com/QFGplzkZ7T

— Theresa May (@theresa_may) 29 mars 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Josep Borrell a appelé lors de la conférence de Munich a une Europe unie

"Il faut que les citoyens aient accès à des technologies vertes abordables"

Agriculteurs français : les raisons de la colère