EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Venezuela : l'opposition compte investir le centre-ville de Caracas

Venezuela : l'opposition compte investir le centre-ville de Caracas
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un nouveau bilan fait état de 26 morts et près de 1300 arrestations depuis le début de la vague de manifestations il y a près d'un mois.

PUBLICITÉ

Au Venezuela, l’opposition ne renonce à rien face à la violence de l’Etat. Un nouveau bilan fait état de 26 morts et près de 1300 arrestations depuis le début de la vague de manifestations il y a près d’un mois.

Pourtant, les opposants au président Maduro appellent encore au rassemblement ce mercredi dans la capitale Caracas pour réclamer des élections anticipées.

L’objectif des manifestants est de rejoindre les locaux du Défenseur du peuple, dans le centre de Caracas. Jusqu’ici les forces de l’ordre ont toujours empêché les opposants de rejoindre le centre-ville, à l’aide de canons à eau et balles en caoutchouc.

Selon le Syndicat national des travailleurs de la presse vénézuélien, Quatorze journalistes au total ont été arrêtés et cent-six agressés au mois d’avril.

Souvent, les manifestations ont dégénéré en scènes d’affrontements : cocktails Molotov, pillages et saccages sont filmés et retransmis sur les écrans de télévisions.

La procureur générale de la Nation appelle au calme : “_Personne ne souhaite pour notre pays, et moi la dernière, une situation de confrontation guerrière, une guerre civile, et encore moins une intervention étrangère. Ce serait un pas en arrière. Je la rejette. La paix ne se décrète pas. Elle se construit avec des actions et des exemples”, a déclaré Luisa Ortega Diaz.

Nous allons vaincre la violence et le coup d’Etat“ a assuré mardi soir le président socialiste Nicolas Maduro, qui fait face à des manifestations quasi-quotidiennes depuis que la Cour suprême à tenté de s’arroger les pouvoirs du Parlement, contrôlée par l’opposition début avril.

Le gouvernement a par ailleurs menacé de quitter l’Organisation des Etats américains (OEA) si cette dernière se saisissait du dossier vénézuélien sans son autorisation.

Quelques jours plus tôt le successeur d’Hugo Chavez apparaissait tout sourire sur sa page Facebook, jouant au base-ball.

Le mandat de Nicolas Maduro se termine en décembre 2018.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Le vice-président du Malawi inhumé dans son village natal

Trois touristes disparus sont retrouvés morts en une semaine sur des îles grecques